Eric F Eric F 23 mai 2020 10:34

La télé et les grands média font un large écho aujourd’hui sur une nouvelle étude d’une équipe médicale de Harvard publiée dans « the Lancet » effectuée a posteriori sur un large panel de 96 000 patients hospitalisés pour covid19, dont 15 000 traités par chloroquine ou dérivé avec ou sans macrolide. Cette étude évoque une mortalité nettement plus élevée (+34 à 45% selon la combinaison de molécules) et des risques d’arythmie cardiaque. Cela rappelle une autre étude étasunienne dans le même sens le mois dernier, l’état initial des patients peut ne pas être comparable, mais la dernière étude portant sur un très grand nombre pourrait se targuer d’être statistiquement significative. Cette étude conclut « prudemment » en parlant d’absence de preuve d’efficacité -et non de toxicité-, ils ne semblent donc pas eux-même assurés de leurs propres résultats paradoxaux, et renvoie une nouvelle fois à des essais cliniques d’ampleur significatives (ceux lancés -discovery, solidarity...- n’ont toujours rien publié).

L’ampleur de leurs chiffres me surprend, comme si le traitement dans les cas considérés avait été administré en tant que traitement de compassion sur des cas ultimes. il faudrait une réanalyse fine, mais l’article est supposé avoir été approuvé par « peer review » avant publication. Débat à suivre...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe