NICOPOL NICOPOL 18 mai 2020 16:29

@Géronimo howakhan

rien ne marche donc je supprime le corps


Oui, c’est comme ça que Camus décrit le « suicide existentiel », tout en le rejetant logiquement puisque revenant à supprimer la seule chose qui existe vraiment pour nous, notre sentiment de l’absurde.

or il y a juste « je souffre » un élément

Le disciple du Bouddha vous répondrait que ce « je » est encore de trop et qu’il n’y a en fait aucun élément, juste une situation smiley
Merci pour ces réflexions en tout cas qui nous élèvent un peu au-dessus de la polémique sur l’hydroxychloroquine et les courbes en cloche. Force et honneur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe