A l’époque de Freud, il n’y avait pas ou peu d’anti-douleur et l’utilisation de la cocaïne était fréquent. Aujourd’hui il y a les tranquillisants.A petites doses cela n’impacte pas les facultés intellectuelles. Rabelais était cocaïnomane.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe