Jonas Jonas 3 juin 08:41

Un rapport publié sur le site de l’ONU en mars 2000, décrit clairement que les instances européennes doivent faciliter l’arrivée d’une immigration massive en Europe, qualifiée officiellement de « migration de remplacement », pour faire face au déclin démographique de la population blanche et maintenir ainsi une population active de travailleurs à un taux acceptable.

L’ONU travaille également en étroite collaboration avec l’UE pour mener à bien sur une très grande échelle, le remplacement de la population européenne de souche.
Pour les dirigeants de l’UE, il est en effet nécessaire de fonder "une nouvelle politique pour la migration légale : l’objectif principal est de faire en sorte qu’une Europe en déclin démographique demeure une destination attrayante pour les migrants, notamment en modernisant et en révisant le régime de la carte bleue, en fixant de nouvelles priorités pour nos politiques d’intégration, et en optimisant les avantages de la politique migratoire pour les personnes et les pays d’origine, par exemple en rendant les envois de fonds moins coûteux, plus rapides et plus sûrs.« 

 »la proposition d’activer pour la première fois le mécanisme d’urgence prévu à l’article 78, paragraphe 3, du TFUE, pour aider les États membres confrontés à un afflux soudain de migrants. D’ici la fin du mois de mai, la Commission proposera un mécanisme temporaire de répartition dans l’UE des personnes qui ont manifestement besoin d’une protection internationale. Une proposition relative à un régime européen permanent de relocalisation dans les situations urgentes d’afflux massifs sera présentée ultérieurement, d’ici la fin de l’année 2015 ;« 
Communiqué de presse sur la politique migratoire de l’Union Européenne - 13 mai 2015

 »Organiser l’immigration légale est dans l’intérêt de l’Europe sur le long terme ; les projections démographiques montrent que vers les années 2060, la population active européenne aura décru de 10%, soit environ 50 millions de personnes, pendant que le nombre de retraités passera de 17,5% à 30%, soit de 84,6 millions à 151,5 millions de personnes. Cette tendance pose un réel danger pour la productivité économique européenne, en particulier parce que très bientôt il y aura deux actifs pour une personne de plus de 65 ans, contre quatre actuellement."
Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne (2014-2019) - 23 avril 2014

Il s’agit là bien des bases d’un projet politique de remplacement de la population de souche préparé et organisé.
Dans tous les documents officiels des instances européennes qui nous gouvernent, la politique d’immigration n’est axée que sur la venue des masses migratoires, jamais sur des programmes d’aide et d’encouragement à la natalité de la population autochtone par exemple. Au contraire, puisque les femmes françaises sont encouragées à avorter : il se pratique environ 220 000 avortements chaque année en France, entièrement remboursés par la sécurité sociale, avec les impôts du contribuable !

https://jesuislaporte.blogspot.com/2020/02/le-programme-politique-du-grand.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe