Jonas Jonas 3 juin 08:43

Saint-Denis, plus de 90 000 habitants, n’est qu’un exemple parmi les innombrables communes de la banlieue parisienne où la population française de souche a été totalement remplacée par une population d’origine extra-européenne ; berbères, arabes, africains sub-sahariens, asiatiques, indiens, etc... en moins de 30 ans. Dans les rues de la ville, on n’entend presque plus personne parler français.
Ceci impliquant un bouleversement du paysage culturel, cultuel et ethnique.
Les prénoms donnés ne sont plus Christophe, Matthieu, Sylvaine et Estelle, mais Rachid, Mohamed, Youssouf, Fatoumata et Kakambwa.
Les nouveaux arrivants n’ont plus comme héritage Aristote, le Christ, Jeanne D’Arc, Descartes, Pascal ou Chateaubriand, mais le Coran, le Ramadan, le Zouk, le Wolof et l’arabe. Sur la ville, il existe une trentaine de boucheries islamiques, et plus une seule boucherie traditionnelle !
Témoins du grand Remplacement à Saint-Denis, la prolifération des Mosquées et des écoles coraniques ces trente dernières années :
- le centre Tawhid de Tariq Ramadan près de la Basilique
- la grande Mosquée financée par les saoudiens et son minaret
- l’école coranique des Frères Musulmans Institut Européen des Sciences Humaines (IESH)
- l’école coranique Al-Andalus, soutenue par le prédicateur antisémite Éric Younous
Sans compter les multitudes de salles de prières islamiques qui parsèment les cités des quartiers.

À Pantin, la dernière boucherie traditionnelle a fermé en 2011, il n’y a plus que des boucheries islamiques.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe