Captain Marlo Captain Marlo 26 juin 20:07

@assouline
.
Mauvaise nouvelle pour vous et vos potes européistes, les nouvelles sont mauvaises, d’où qu’elles viennent ... L’UPR à l’honneur et l’avantage de vous informer que la crise entre l’Allemagne et la BCE s’approfondit, et va sans doute accélérer la fin de l’euro que vous aimez tant..., snif, snif, je compatis ! 

La sortie de l’euro concerne l’Italie, endettée jusqu’aux yeux, et sans doute ensuite l’Allemagne, qui en a ras le bol de la BCE...

  •  

UPR 26 Juin 2020, les PEPP de la BCE. 

Non, mon cher Assouline, le PEPP n’est pas un soda, c’est du rachat massif de la dette publique :


" La BCE a lancé le 18 mars dernier un nouveau programme de rachats massifs d’actifs obligataires sur les marchés, baptisé PEPP pour « pandemic emergency pourchasse programme » en américain (traduction : “programme d’achat d’urgence contre la pandémie”). Initialement de 750 milliards d’euros, il a été allongé à 1 350 milliards d’euros le 4 juin.
.

L’objectif principal est toujours le même : modérer le coût de l’endettement de l’Italie sur les marchés pour éviter qu’elle ne quitte l’euro. Ce « bazooka », comme la presse l’a appelé, a fait l’objet de deux novations majeures par rapport aux précédents programmes de rachats d’actifs, notamment le PSPP (« public sector purchase programme »).

.

Pour le PEPP, en effet, la BCE :

  • s’est affranchie de sa propre réglementation qui stipulait qu’elle ne pouvait pas racheter plus de 33% de la dette d’un pays dans le cadre de ses rachats d’actifs .

  • s’autorise à ne pas respecter la répartition induite par la clé de son capital dans ses rachats d’actifs. Cela signifie par exemple que la BCE s’autorise à racheter bien plus de dette italienne que le poids de l’Italie dans son capital.

Or, il s’agit de deux chiffons rouges pour le Tribunal constitutionnel allemand de Karlsruhe...etc 

Mes condoléances z’émues.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe