Loatse Loatse 6 juillet 14:30

J’ai rencontré parmi ces populations, des personnes très impliquées dans l’éducation de leurs enfants (ce qui impliquait de ne pas les laisser trainer à « pas d’heure » dehors entre autre). j’ai vu ceux ci grandir, faire leurs études, obtenir des diplomes... (des masters dans des formations scientifiques et techniques, en communication)

et d’autres parents qui laissaient la rue faire de leur enfants des herbes folles...

Cela fait un choc d’entendre que ce jeune qui était un petit môme, adorable, gentil est en prison pour avoir braqué -armé- et donc terrorisé le bijoutier du village.

La petite soeur, qui avait 2 ans lorsque je suis arrivée dans le quartier, trainait elle aussi jusque tard le soir dehors. Bien que ma porte leur était ouverte et que ma cadette était comme une tatie pour la petite, rien n’a pu empêcher la pente descendante, les « dommages collatéraux » parfois du lâcher prise de familles en réelles difficultés, parfois souvent de leur désintérêt..

L’été beaucoup parmi ces derniers ne partaient pas en vacances, et des grappes de mômes pour la plupart n’ayant pas dépassé les dix ans, trompaient leur ennui (ou leur colère ?), en saccagant tout ce qui leur tombait sous la main...

Ce n’était pas que papa et maman étaient pauvres, nan, car soudain des liasses de billets sortaient des mains qui me proposaient un échange de logement...

Ceux ci m’invitaient à cette occasion à boire le café, à manger des gateaux faits maison, dans des appartements propres mais à pleurer (tapisseries qui se décollent, jouets absents des chambres d’enfants, vitres explosées (impacts de balles)

Le moindre sou qui part au « bled » ou l’on construit la maison pour la retraite (dixit mes hotes) tandis que le gamin rêve d’aller en famille chez mac do de temps à autres, d’un vélo qu’il n’aura jamais, en ouvrant le frigo ou réside en fin de mois en tout et pour tout un paquet de poissons panés surgelés...

Alors système D, le môme devient chouf, et exhibe tout fier, le billet de 50 euros (« qu’un pote lui a donné ») avec lequel il emmenera ses copains au fast food du coin....

(vu, entendu hier soir. On ne se méfie jamais assez des mamies qui se balladent au crépuscule ;)

non on ne nait pas « racaille » ou délinquant... mais on oublie aussi de parler de ce qui fâche...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe