Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 juillet 21:56

Les ritournelles, comme les comptines, sont souvent des horreurs que de vieux pervers s’amusent à faire chanter aux enfants en les travestissant en contrepeteries, comme ’il fourre, il fourre, le curé ’ ou bien en utilisant des métaphores limpides pour les adultes et opaques pour les coeurs purs, comme ’nous n’irons plus aux bois’  : les ’lauriers coupés’ n’étant rien d’autre que les enseignes des bordels des bois de boulogne et de vincennes qui venaient d être fermés par un comité révolutionnaire quand la chanson à été écrite. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe