Bernard Grua Bernard Grua 10 juillet 19:00

@Christelle Néant. Je mettais vos propos sur le compte de la contrariété. Ok, je me suis trompé. Force est donc de reconnaître, qu’il s’agit de votre façon normale de vous exprimer...

En ce qui concerne le papier que nous commentons, il ne vous a peut-être pas échappé que j’ai fini par le lire. J’aurais mieux fait de m’en abstenir. Je le trouve vide. Nous ne sommes pas d’accord à son sujet. Ce n’est pas grave. Évitons les emportements et les insultes de cour d’école. En ce qui me concerne, j’ai passé l’âge. Vous aussi, je l’espère.

Nous n’avons pas les mêmes expériences en termes militaires, en terme de renseignement, en terme géopolitiques et en termes géographiques.
Vous ne connaissez que le Donbass, d’après le Maidan. Un Donbass qui a perdu près de 2 millions de ses habitants. Un Donbass qui a reçu une population interlope de tout le continent venue s’affronter par-dessus une ligne de front. Je connais l’Ukraine et la Russie de St Petersbourg à Vladivostok. J’ai vécu avec des Russes de toutes conditions et de différentes nationalités. J’ai écrit à ce sujet, sur ce média et sur « Russia Beyond ». Vous fréquentez des rebelles « ukrainiens », des proxy russes et des mercenaires de toutes origines. Nous n’avons pas les mêmes relations dans cette partie du monde.
Votre photo de profil est celle d’une personne revêtue de la tenue de combat que vous portiez dans une zone sécurisée. Si cela vous fait plaisir, pourquoi pas ? Moi, de mon passage dans l’armée de terre et dans la Marine, j’ai appris que le port de la tenue de combat dans la vie civile, en France, est interdit.

Forcément, toutes ces différences peuvent que conduire à des appréciations divergentes, sans même parler de vos valeurs, qui, je pense, sont assez différentes des miennes. Alors pourquoi pourrions nous avoir le même avis sur les tribulations d’une petite taupe ? Ce 0,07 shashlik-vodka vous fascine ? Grand bien vous fasse !

Enfin, l’Europe n’est pas une chasse gardée. Je comprends qu’après ces années à Donetsk vous en rêviez, comme tous les Russes que j’ai rencontrés en Russie d’Europe ou en Sibérie. Un jour, qui sait, vous serez remerciée pour avoir alerté l’UE sur le grave danger que représentent les menées, subversives à vous en croire, de l’Ukraine à son égard. Je reconnaîtrai, alors, que je me suis trompé.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe