Daruma 12 juillet 09:09

@Bernard Grua Christelle Néant a raison quand elle dit que vous vivez dans une réalité fantasmée. De quelle opinion parlez-vous ? L’opinion publique ? Parce que vous croyez qu’elle est homogène ? Vous croyez que la majorité veut les sanctions anti-russes ? Je vis en Ukraine. Je peux vous dire que la majorité silencieuse n’est pas favorable aux sanctions et n’est pas hostile à la Russie. Mais elle est obligée de se faire discrète. Dois-je vous expliquer pourquoi ? Ce que vous appelez l’opinion c’est la partie, non négligeable malheureusement, de la population qui s’est laissé infecter par la propagande. Ils sont plus visibles car ils se sentent forts, ils se sentent légitimes et sont persuadés d’avoir raison puisque ce qu’ils « pensent » c’est ce qu’ils entendent tous les jours à la télé.

Un exemple. Il y a quelques semaines, je me trouvais à un repas de famille. C’était un anniversaire. A un moment, la personne dont c’était l’anniversaire (elle fêtait ses 26 ans) me dit, de but en blanc : « Tu dois apprendre l’ukrainien puisque tu vis en Ukraine. » Je lui ai répondu que j’apprendrais volontiers l’ukrainien s’il n’était pas, depuis quelques années, associé à un nationalisme mortifère qui veut s’imposer en écrasant toutes les différences." Silence gêné de la vingtaine de personnes attablées. En partie pour ne pas gâcher l’anniversaire par un débat politique houleux et ainsi éviter les disputes, mais surtout pour ne pas contrarier la personne dont c’est l’anniversaire. Il faut préciser qu’il travaille pour l’administration. Vu son jeune âge et, surtout, vu sa profession, rien d’étonnant à ce qu’il ait été endoctriné. Seul le père m’a dit qu’il était d’accord avec moi. En observant les convives, j’ai compris qu’il disait ce que tous pensaient tout bas. Evidemment la situation aurait été différente à Lvov. Mais dans le sud de l’Ukraine, ce sont surtout les jeunes, désireux de s’occidentaliser, qui sont endoctrinés. Les autres sont conscients de toute cette mascarade absurde et suicidaire.

Tout ça pour dire que le risque c’est de s’exposer à la furie des groupes extrémistes. Ceux qui sont contre l’annulation des sanctions mais ne sont pas extrémistes seront mécontents, manifesteront peut-être, mais ne se livreront pas à des actes de violence.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe