Claude Courty Claudec 5 septembre 2020 17:38

Contribution rimée

ô Temps, miroir de l’homme, temps qui passe dit-on,

Dans notre insignifiance et notre prétention.

Temps tu es le métier, majestueux, immense,

Sur lequel nous brodons notre pauvre espérance.


Temps qui toujours le même, immuable, serein,

Est l’écran sur lequel se joue notre destin,

Tu distilles nos jours avec parcimonie

Quand tu as décidé de nous donner la vie.


Temps apaisant nos peines et consumant nos joies,

Tu restes insensible à nos pleurs, à nos voix.

Alors que vainement nous voudrions voler,

Tes lambeaux par lesquels nous semblons exister.


Temps qu’en leur temps les Dieux eux-mêmes n’ont pas su

Domestiquer ni vaincre, quand tu les eus conçus,

Tu règnes sans partage et organises ô Maître,

L’ouvrage par lequel nous pensons te soumettre.


Temps au nom confondu avec éternité.

Seigneur de l’univers, suprême infinité,

Inéluctablement, par la loi du plus fort,

Tu finis par mener tout et tous à la mort.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe