moderatus moderatus 8 octobre 2020 13:11

@Fergus

Quelques infos

Je voudrais ajouter quelque chose de fondamental. On n’est pas sur le terrain du racisme. Mon observation n’est pas seulement juridique. Un migrant n’est pas une race. Vous avez des migrants turcs, chinois, pakistanais. Les migrants et l’immigration ne sont pas protégés légalement par les textes antiracistes légaux. Vous ne pouvez pas être condamné si vous critiquez l’immigration. Ce débat-là est stupide sur le terrain du racisme, 
Après l’épisode épouvantable du Pakistanais, il y a eu un espace de liberté qui a permis de poser assez tranquillement le problème épouvantable de ces mineurs isolés rentrés illégalement sur le territoire national. Ils ne peuvent pas être expulsés et présentent un caractère de risque évident et immense.
On considère qu’à Paris intra-muros, ils représentent 60 % de la criminalité et des délits. 60 % n’est pas 100 %, mais c’est quand même énorme. Ce problème-là a pu être posé à la défaveur du drame en question. Mais dès que l’on s’éloigne du temps du drame, le terrorisme intellectuel extrêmement puissant sévit.


La réalité est là. On est dans un champ de censure. On est dans un combat hystérique où on veut faire taire les opposants. Je prétends que nous vivons sous l’empire d’une sorte de dictature soft.



=========================================




D’un côté, une pluie de plaintes s’abat sur Éric Zemmour, qui aurait mis tous les mineurs étrangers dans le même panier de la délinquance. De l’autre, à ce jour, aucune à l’encontre d’Alice Coffin qui, tout au long de son bouquin, met, elle, tous les hommes dans le même panier de la violence.


La presse s’en fait pourtant régulièrement l’écho : « Cambriolages, les (sic) mineurs continuent d’écumer l’Île-de-France » (Le Parisien, août 2020) ; « Brest, une bande de mineurs étrangers isolés s’adonne à des vols, des violences, à un trafic de stupéfiants » (Ouest-France, 2018) ; Bordeaux : « La police cible la violence des (sic) mineurs migrants » (Sud-Ouest, 2019) ; « Délinquance aggravée dans le centre de Bordeaux liée notamment à la présence de mineurs non accompagnés » (20 Minutes, septembre 2020). Éric Zemmour, s’appuyant sans aucun doute sur ce genre de litanies sans fin d’actes de délinquance perpétrés par des mineurs étrangers, emporté par un agacement justifié, a donc lancé qu’ils n’avaient « rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont. Il faut les renvoyer. »


Il n’en fallut pas davantage pour que les chiens de garde de la bien-pensance lui tombent dessus à bras raccourcis. Et fassent insulte à son intelligence, occultant, sans vergogne, la nuance de ses propos explicitant, tout naturellement, que « tous les mineurs isolés ne sont pas des violeurs, des voleurs, vous avez raison […]  », en réponse à Christine Kelly qui lui faisait préciser sa pensée.




C’est donc la curée pour Éric Zemmour. Mais pour Alice Coffin, on ne les entend guère, ces belles âmes droits-de-l’hommistes. Quand on est élue EELV, militante féministe et lesbienne, on peut faire éditer un bouquin tout au long duquel elle crie sa haine des hommes sans provoquer de tollé particulier. Et même pas de tollé du tout. Encore moins de plaintes du parquet de Paris ou de départements, comme c’est le cas pour le lucide, brillant journaliste écrivain de CNews.

En 2018, sans ambiguïté, elle mettait pourtant tous les maris et pères dans le même panier des viols, des tabassages et des meurtres. Aujourd’hui, dans Le Génie lesbien, elle récidive en traitant les hommes d’« assaillants » ! Et puisqu’« il ne suffit pas aux lesbiennes de s’entraider », écrit-elle, elle assène carrément qu’« il faut, à notre tour, les éliminer »  ! Pas d’incitation à la haine de la gent masculine ?


Éric Zemmour, raciste et haineux pour vouloir protéger les Français de mineurs illégaux étrangers violents ; Coffin, lesbienne dite progressiste décrète tous les hommes mauvais jusqu’à vouloir leur disparition, sans susciter de réaction chez les politiques.

Odieux sempiternel deux poids deux mesures, qui signe une France en état de décomposition avancée.





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe