Schrek Séraphin Lampion 3 décembre 2020 15:07

Ce que les journalistes appellent « crises » sont en fait des « cycles » indissociables du système économique fondé sur l’accumulation du capital et sa destruction, une économie assimilable à ce qu’est la culture sur brulis dans le domaine agricole : beaucoup de destruction pour une faible production dont les bénéficiaires sont rares.

Depuis longtemps, les mêmes journalistes font semblant de croire que les krachs sont dus à des erreurs ou à des excès. Ils titrent régulièrement : « a-t-on tiré les leçons de la crise de telle ou telle année ? ». On en tire d’autant moins les leçons que c’est la règle du jeu.

Ce qui est nouveau aujourd’hui, c’est le fait d’avoir trouvé un bouc émissaire qui se révèle être une véritable panacée : la « crise sanitaire » est l’arbre qui cache le forêt et explique les incendies. Cerises sur le gâteau : contrôle social et idéologique par la mise en place d’une inquisition missionnée pour repérer les « complotistes » (ceux qui ne croient pas à la version officielle).


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe