Pierre Régnier Pierre Régnier 7 décembre 2020 16:28

…/… Mais c’est surtout l’attitude du Président de la République que je trouve indigne, et confirmant ce que je vois de lui depuis son accession à la Présidence. Emmanuel Macron m’apparaît avant tout comme un brillant carriériste qui, il y a une vingtaine d’années, avec la professeure dont il a fait son épouse, a compris que, la situation de la France étant ce qu’elle était, il y avait possibilité pour lui de faire la plus belle carrière imaginable. Il suffirait pour cela de saisir toutes les occasions de pratiquer une “démagogie bien réfléchie“. Et, de fait, Macron semble calculer, chaque jour, ce qui a le plus de chance de plaire à la partie de la population occasionnellement majoritaire face à un évènement. Ça donne, en Algérie, la colonisation de l’Algérie “crime contre l’humanité”, l’invitation à l’Elysée d’un brillant acrobate sauvant un enfant suspendu au balcon d’un quatrième étage, avant même qu’ait commencé l’enquête sur ce qui l’a mis dans cette situation (elle n’aura probablement jamais lieu), un professeur assassiné déclaré exemplaire parce qu’il a montré dans sa classe des dessins de Charlie Hebdo pour défendre la liberté d’expression, la transformation en victimes de ceux qui résistent à la police, et la désignation de celle-ci comme agresseur, la suspicion de complotisme chez ceux qui contestent sa manière de lutter contre une grave épidémie etc…

Pas d’idéal politique chez ce Président. Pas de souci de chercher la vérité. Simple volonté de satisfaire, et vite, la “meilleure partie” de la population du jour. Mais ce serait erronné et injuste de le considérer comme le créateur de cette sinistre dérive de la politique française. Ce sont ses prédécesseurs immédiats à la Présidence, notamment ceux de la fausse Gauche, Mitterrand et Hollande, qui ont installé cette lamentable situation, avec la presse sans morale devenue largement dominante.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe