Yann Esteveny 21 décembre 2020 14:39

Message à Monsieur Marc Dugois,

Votre texte est intéressant et je vous remercie de son partage.

Il y a le don mercantile pour l’intérêt et le don oblatif pour servir.

Notre Seigneur Jésus Christ par le don de Lui-même pour notre salut nous enseigne ce qu’est « donner » dans le sens le plus noble. L’obole au temple

de la pauvre veuve dont Jésus fit remarquer la générosité d’âme est riche d’enseignement :

« Jésus, s’étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l’argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou. Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit : Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu’aucun de ceux qui ont mis dans le tronc ; car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. » - Évangile de Marc (Ch. 12, Ve. 41 à 44)

De la conception partagée du don véritable dépend la qualité de l’échange qui va s’établir entre humains. La qualité d’échange entre humains est perceptible au niveau des marchandises et de la communication. Lorsque cette conception du don véritable est effacée, les marchandises se développent à profusion et tout s’achète. Mais chacun est de plus en plus pauvre !

Dans le film « Black Robe » réalisé par Bruce Beresford et sorti en 1991, le chef indien reproche justement aux blancs européens de ne pas savoir donner.

En vous souhaitant d’excellentes fêtes de Noël !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe