I.A. 24 décembre 2020 16:05

Très bel article.

Parfois encore, il m’arrive de vouloir me faire une idée sur le nombre de mougeons et de moutruches qui croisent ma route : je compte alors les masques baissés sous le menton.

Très vite je me ravise, pour inclure les masques baissés sous le nez...

Comme il n’y en a encore pas assez, je marche plus vite, me disant qu’ils seront nécessairement plus nombreux sur une plus grande distance parcourue...

Toujours j’abandonne au bout de 10 minutes environ. Et je m’arrange pour me regarder dans une surface réfléchissante, vitrine, vitre, glace... 

Dans la rue, avec moi, nous sommes au moins un, c’est pas si mal. 

Parce que la moindre des résistances commence par le moindre petit geste.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe