Adèle Coupechoux 7 janvier 2021 21:17

@philippe913

Ce type d’approche peut être utilisé pour pallier certaines maladies génétiques, puisqu’on va permettre d’apporter, avec l’ARN messager, une protéine que le corps n’est plus capable de produire. 

Le fait d’insérer le code génétique du covid-19 est nouveau, puisque le covid-19 est nouveau. De quoi se questionner, si on a un cerveau.

Sans compter que pour nous faire accepter ce vaccin, nos libertés, nos modes de vies, notre constitution et notre santé ont été entièrement bafouées, cela fera bientôt 1 an.

Nous avons été entravés, enfermés, bâillonnés, humiliés à coups de menaces, de mesures absurdes et de culpabilité. 

Alors un vaccin fabriqué en quelques mois (même si des essais cliniques ont existé au préalable pour d’autres pathologies, je dis bien pathologies), pour nous autoriser à retrouver notre dignité, a de quoi alerter sur les intentions de ceux qui le vendent pour s’enrichir avec nos impôts et en se foutant de notre santé (Le Remdesivir en est une preuve irréfutable) .

Le proposer dans ces conditions est tout sauf acceptable. C’est devenu l’inacceptable.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe