sylvain sylvain 11 janvier 11:54

Ce titre pose la question de l’inégalité de liberté d’expression actuelle sur tous les sujets ayant traits aux discriminations .

Si un auteur homme et blanc pondait un titre comme « moi les femmes je les déteste » ou « moi les noirs je les déteste » il se ferait lapider . Il n’y aurait ni noirs, ni femme pour le défendre avec un étrange et, il faut bien le dire, pathétique, " Car nul part, malgré tous les griefs objectifs qu’il s’accumule sur le dos des noirs, il n’y réclame une supposée extermination de cette race" ouf !

L’auto flagellation de certains homme blancs est vraiment incroyable aujourd’hui . En dehors de tout action concrète, de leur vie objective, ils acceptent qu’on les traite avant tout comme homme et blanc, dans une sorte de contrition malsaine censée être acceptée avec reconnaissance .

C’est en réalité une démarche sexiste et raciste ( celle de ces hommes, comme celle de ceux qui écrivent ces textes) . Plus fondamentalement, c’est une démarche profondément judéo chrétienne de culpabilité latente et de contrition qui est précisément la même que celle qui était imposée aux femmes


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe