jjwaDal jjwaDal 13 janvier 22:18

Personnellement, ce que je trouve triste est l’incompétence de ceux qui sont en charge du sujet et leur dégoût manifeste pour le savoir scientifique et même le bon sens. Prophylaxie ? Rien. On pourra accumuler des centaines d’études scientifiques sur telle ou telle molécule ayant une efficacité relative, rien n’y changera. Les généralistes et leur liberté de prescrire ? Rien à foutre. Aucune étude pour valider l’idée saugrenue de masquer les gens en plein air voire en pleine nature ou le bénéfice réel d’un confinement généralisé sur la mortalité totale au final ? Ils s’en branlent tout pareil. Hors de question d’adapter la taille de la structure de soins aux malades on adapte le volume de malades à la structure de soins. Certes à court terme plus facile, mais on va continuer à raisonner comme ça sur le long terme.
Aucune analyse des causes de cette débâcle car trop de copains et de personnes en poste seraient gênés aux entournures. Donc on se précipite sur les premières rustines venues pour faire en sorte que rien ne change sur les causes avec un résultat différent.
On les a vu en 2008 pour la crise financière. Déjà à l’époque la fameuse devise « pas de problème qu’une absence de solution ne contribue à résoudre » avait été adoubée par la planète entière.
Ce n’est pas le virus qui est un désastre, mais bien la réponse collective qu’on lui apporte. Comme si 2008 ne suffisait pas à nous envoyer par le fond.
Comme disent les anglo-saxons « still in the ditch and still digging ». Pas mieux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe