nono le simplet nono le simplet 12 janvier 13:54

@velosolex
ça vient juste de me revenir au réveil de la sieste ... ma mère, à qui je dois tant dans ma culture et ma curiosité, était une inconditionnelle de Rimbaud et avait toujours auprès d’elle un recueil de poésie qu’elle lisait comme d’autres lisent la bible ... les fleurs du mal, peut être ... sûrement même ... j’ignore ce qu’est devenu son petit livre rouge quand elle est partie mais c’est lui qui la représentait le mieux ... j’avais oublié ... elle se désolait qu’Arthur ne provoque aucun émoi chez ce fils ainé qu’elle savait sensible et romantique ... d’autres fleurs l’avaient envouté moins subtiles et délicates mais aussi enivrantes ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe