Eric F Eric F 12 janvier 18:46

Manque de bol, alors qu’on attendait un allègement des mesures en Janvier, c’est au contraire un durcissement qui est décidé. Tout ça avec guère plus de 2600 lits de soins intensifs occupés par des malades covid (plus de 7000 en avril)

Le rebond craint suite à Noël n’a pas eu lieu, et il ne semble non plus y avoir la catastrophe annoncée suite au nouvel an. Mais c’est la peur panique de la variante anglaise -on trouvera toujours une nouvelle bonne raison- qui pousse à durcir, une nouvelle fois sous la pression des catastrophistes hospitaliers qui instrumentalisent les média, et font plier les autorités.

En Mars/Avril, le confinement d’alors était présenté comme « one shot », et après la sortie de confinement Macron avait laissé entendre que c’est trop catastrophique pour être reproduit. Mais on voit qu’il y a désormais pérennisation des mesures de restriction, devenues addictives pour les autorités.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe