Renaud Bouchard Renaud Bouchard 13 janvier 12:58

Le cirque est de passage en ville :

Le vice-président Mike Pence a confirmé dans une lettre adressée à Nancy Pelosi mardi soir qu’il n’invoquerait pas le 25e amendement pour destituer le président Trump de ses fonctions, quelques heures à peine avant que la Chambre ne vote sur une résolution l’invitant formellement à le faire.Dans une lettre adressée à la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, Pence a déclaré qu’il ne « croyait pas qu’une telle ligne de conduite soit dans le meilleur intérêt de notre nation ou conforme à notre Constitution », et a ajouté qu’il n’avait « pas cédé aux pressions pour exercer le pouvoir au-delà de mon autorité constitutionnelle pour déterminer le résultat de l’élection, et je ne céderai pas maintenant aux efforts de la Chambre des représentants pour jouer à des jeux politiques à un moment si grave dans la vie de notre nation. » Au lieu de cela, Pence a exhorté Pelosi et « chaque membre du Congrès à éviter les actions qui diviseraient davantage et enflammeraient les passions du moment », en référence aux émeutes meurtrières de la semaine dernière au Capitole.

L’annonce attendue de Pence ouvre la voie aux démocrates de la Chambre pour aller de l’avant avec une loi de destitution.

La Chambre réfléchit actuellement à une résolution qui appellerait Pence à invoquer le 25e amendement, qui permet à une majorité du Cabinet de démettre le président de ses fonctions. Les démocrates de la Chambre ont précédemment déclaré qu’ils iraient de l’avant mercredi avec un vote sur la destitution du président Trump si Pence refusait.

Trump a écarté les appels à sa suppression lors de l’attaque de la semaine dernière au Capitole, affirmant que le 25e amendement est « sans risque pour moi, mais reviendra hanter Joe Biden ».

« Faites attention à ce que vous souhaitez », a déclaré Trump à Alamo, au Texas, lors d’une visite à la frontière plus tôt dans la journée. Il a déclaré que l’effort de destitution monté par les démocrates de la Chambre était « dangereux pour les États-Unis, surtout en cette période très tendre ».

Les démocrates ont agi rapidement dans leurs efforts pour démettre Trump de ses fonctions - et l’empêcher de se présenter à nouveau en 2024 - à la suite de l’attaque de la semaine dernière contre le Capitole. Un article de mise en accusation présenté à la Chambre lundi et soutenu par plus de 200 démocrates accuse Trump d ’« incitation à l’insurrection », et dit qu’il « a gravement mis en danger la sécurité des États-Unis et de ses institutions gouvernementales ». Trois républicains de la Chambre, dont Liz Cheney, membre de la direction du GOP, ont déclaré qu’ils voteraient pour destituer le président.

Plus tôt mardi, le pouvoir judiciaire de la Chambre a publié un rapport de destitution de 76 pages affirmant que « le président Trump reste un danger clair et présent pour la Constitution et notre démocratie ».

Le feuilleton continue.On peut déjà visiter les cages de la ménagerie.La billetterie pour la représentation du 20 janvier est ouverte.
RB



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe