LeMerou 14 janvier 08:17

@eau-du-robinet
Bonjour,

Pour faire à ce problème « sanitaire », l’état s’est trouvé un peu contraint de créer un conseil scientifique dédié.
Ou les hauts fonctionnaires étatiques vont-ils chercher ?
Et bien c’est une évidence, dans les organismes d’état bien sur, car pour eux, c’est uniquement là, que l’ont peut trouver des personnes d’une compétence qui ne peut être mise en doute, qui malgré leurs spécialités sont déja formatés (et surtout pas à la prise de risque, terme d’ailleurs inconnu ou banni dans la fonction publique)

Je ne veux pas être pessimiste, un Conseil Scientifique Indépendant ? Certes l’idée est belle, presque utopique et aussi un peu inquiétante à la fois. Pour la principale raison de la disparité d’opinions sur le sujet. Le « monde médical » étant en crise et en désaccord quasi complet.

Je ne veux pas En résumé ;

Nous avons la bande de « professeurs-spécialistes » reconnus, promulguant une prise en charge rapide, (faut il pour cela il y ait une détection rapide et fiable) avec un traitement médicamenteux associé, avant d’atteindre le stade ou il n’y a presque plus rien à faire.

Une autre bande de « professeurs-spécialistes » responsable de services de grands hôpitaux (les fameux mandarins) prônant le message global et qui depuis presque une année ne ressasse qu’un message de saturation des hôpitaux finalement, sans apporter quoi que ce soit de concret dans le traitement, mais véhiculant un message d’insécurité sanitaire flagrant.

Ainsi que la bande « médico-généralistique » qui se font écho d’un des deux messages cités avant.

Je fais fi, bien sur des innombrables « épidémiologistes » en tout genre, fleurissant dans les médias, qui distillent quant à eux un message « Nostradamussien » allant du simple « c’est pas trop grave au début » au catastrophisme le plus complet.

Alors la première question qui se pose dans la création d’un Conseil Scientifique Indépendant , est justement le troisième mot.

Indépendant de quoi ?

De leurs opinions, je suis sur qu’ils des convictions profondes, mais dès que ces dernières viendront « contrarier » le message global, leur autorité de tutelle qu’est l’Ordre des Médecins (quasi à la botte de l’état), ne manquera pas de leur rappeler un certains nombres d’éléments, qui musellera rapidement leur indépendance. Nous l’avons constaté sur d’éminents éléments aujourd’hui.

Du traitement médical ou de la stratégie de « combat » ? (puisque nous sommes en guerre a t’on dit) cela m’étonnerais fortement.

Des mesures sanitaires à mettre en oeuvre, même si ces dernières pourraient être de bon sens alliant santé et économie (par rapport aux actuelles), L’ignorance même par ce Conseil des tenants et aboutissants en matière de ligne politique que s’est fixé le Gouvernement pour le Pays fera que ces dernières seront ignorées ou contestées par le pouvoir en place pour des raisons qui nous paraîtrons obscures.

Indépendant d’intérêts ?
Vaste débat. Pour ma part cela ne m’a jamais gêné que mon médecin rédige son ordonnance sur un document « goodies » rappelant le nom d’un labo, d’un médoc, va t-il me prescrire absolument ce médicament alors que je n’en ais pas besoin, va t-il me prescrire plus un médicament venant du labo dont le logo ou la pub figure sur la feuille (le labo concurrent n’ayant peut être pas été assez incisif commercialement), peut être. Et alors, l’essentiel est qu’il me soigne.
Un vendeur d’un magasin d’électroménager vous prescrira ou orientera plus vers une marque ou un modèle (qui remplira la fonction recherchée de toute façon) car il a un « bonni » en fin de mois. Sont ils « corrompus » tous les deux ? Beaucoup de cris d’orfraie pour pas grand chose à la finale.
Que telle unité ou telle autre unité de recherche perçoivent des subsides de grands laboratoires pharmaceutique pour financer tout ou une partie de ses travaux, ne signifie qu’une chose, la défaillance de l’état en matière d’investissement. 
Mais serions nous prêt à payer de notre poche ?..... Je ne crois pas.. Il est plus facile de crier au scandale plutôt que de sortir le carnet de chèque...

Bref, tout cela fait que ces personnes sont certainement de bonne foi, en prônant aujourd’hui la création d’un CSI en remplacement de l’existant, mais cela reste utopique.

Pour conclure, sur cet « état de guerre sanitaire ». Le pays est doté d’une armée sanitaire qui nous coûte fort cher d’ailleurs, constitué de professionnels de la fonction publique, d’indépendants, dotées d’infrastructures correctes, de matériels, de moult agences spécialisées associées qui normalement devrait être une arme.

Et que constatons nous ? L’armée est désorganisée, pire encore, trop cherche à se glorifier de tout et de rien et le combat est oublié, je ne parle même pas de l’esprit de corps.

La meilleure armée du monde, si elle n’est pas dirigée par un vrai « Chef » reconnu, charismatique, dominateur, faisant comprendre à tous quelle sont leur véritable place et coordonne l’ensemble, ne peux rien faire de bien, elle gesticulera, gagnera quelques mètres de terrain pour le reperdre après..

Il est vrai aussi que si l’on place à la tête de cette armée un « haut fonctionnaire » perclus de titres « honorifiques » âprement gagnés par le jeu subtil des changements de postes dans des domaines complètement différents de l’armée à diriger cela ne changera rien. Mais nous sommes coutumier du fait.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe