Aristide Aristide 18 janvier 13:12

mais on parle d’un rapport de 1 à 9 entre le taux du groupe Placebo et le taux de la vraie vie.


Sauf que vous comparez des taux qui n’ont rien à voir : 

  • le taux d’infection de la population américaine dans la vraie vie ce sont les chiffres totaux depuis le début. Il ne vous a surement pas échappé que l’épidémie dure depuis maintenant 12 mois.
  • le taux d’infection pendant la durée des essais en phase 3 : A ma connaissance les essais n’ont pas duré 12 mois, mais quelques semaines

En gros vous comparer

  • un taux d’infection sur 12 mois 7,19% qui correspond à la part de la population totale infectée depuis le début de l’épidémie aux USA autour de 24M sur les 332M.
  • et un taux calculé sur quelques semaines qu’on duré les essais du vaccin !!!

Le pire c’est que vous osez tirer des conclusions à partir de ce raisonnement foireux mais c’est tout de même assez symptomatique de tous les spécialistes auto-proclamés. 

Et pourtant, il existe de vraies réserves, aucun traitement médical n’est sans risques encore plus sur un vaccin aussi vite mis au point. Le risque existe bel et bien. Lequel il est ? Visiblement pour ce qui est des risques à court terme, vu le nombre de vaccinés nous serons vite informés et saurons le vrai rapport bénéfices/risques. 

Je rajoute que vous osez une vraie manipulation consistant à calculer le taux de cas graves sur le nombre de cas infectés(*) en place de la population concernée !!! Cela abouti à donner un taux de 5,56% pour le groupe placebo et un taux de 12,5% pour le groupe vaccin, en gros on aurait un risque de plus deux fois supérieur alors qu’il est en réalité de 0,041 % pour le placebo et de 0,005% soit 10 fois plus faible, évident d’ailleurs 1 pour 9.

(*) pour le ridicule de ce taux, imaginez que le vaccin soit plus efficace et que seulement une personne soit infectée, on aurait eu un taux de 100 % de cas graves !!! 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe