velosolex velosolex 22 janvier 00:25

Bel article qui m’a fait froid dans le dos. Ce gars avait de la classe. Quantité de gens extraordinaires ont vécu à cette époque, et gardé des hauts idéaux, malgré l’imposition d’une vie d’épreuves, qui en aurait fait renié à certains leurs valeurs, ou au moins les mettre en sourdine, sans que personne ne puisse leur reprocher. L’anecdote de la bande à Bonnot m’a fait penser à un autre personnage extraordinaire qui a croisé aussi cette bande mythique : Victor Serge, de son vrai nom Viktor Lvovitch Kibaltchitch 

grand écrivain francophone, d’origine Russe, et qui a rejoint l’union soviétique lors de la révolution, où il deviendra une personnalité éminente, avant de devoir s’exiler au Mexique où il mourra prématurément, dans la pauvreté. https://bit.ly/3p9dV7f

En 1909, il quitte la Belgique pour Paris, où il continue à écrire dans la presse libertaire (L’anarchie, le journal d’Albert Libertad, avec pour pseudonyme « Le Rétif ») et à tenir des conférences politiques. Influencé par la tendance anarchiste-individualiste, il s’inquiète néanmoins de la dérive d’une partie de cette mouvance vers l’illégalisme2. C’est dans ce cadre qu’il est impliqué dans le procès de la bande à Bonnot. Pour avoir hébergé les principaux membres de la bande et refusé de les dénoncer, il est condamné en 1912 à cinq ans de réclusion, qu’il effectue de 1912 à 1916, en partie à la prison de la Santé. Il évoquera plus tard cette expérience dans son roman, Les Hommes dans la prison. ..A lire, L’affaire Toulaev. Un livre un peu oublié et qui est un chef d’œuvre. Bien avant Soljenitsyne, il révèle la réalité soviétique 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe