Amanite phalloïde 23 janvier 09:45

Des responsables syriens et israéliens ont tenu une réunion le mois dernier sur la base aérienne russe de Hmeimim, le quartier général du contingent russe en Syrie.


La Syrie est un pays ruiné et en ruines qui voit son horizon entièrement bouché. Elle ne possède pas les capacités de vaincre les Turcs au Nord, d’obtenir la cessation du soutien occidental aux autonomistes Kurdes, ni de s’opposer à Israël. De plus, en cas de normalisation avec Israël, la présence iranienne sur son territoire ne lui est plus nécessaire, et elle ne lui amène que des désagréments, des destructions et de grosses dépenses.


La Syrie aimerait participer à l’essor de la nouvelle et prometteuse alliance, post-printemps arabes, qui se dessine autour de l’axe Jérusalem-Riyad. Combattre l’Etat hébreu avait un sens lorsque tout le monde arabe s’était fixé sa disparition comme objectif primordial. Demeurer le seul Etat arabe à affronter Israël est un non-sens à la fois stratégique et politique. Une condamnation à la défaite sans fin. A la misère et à la guerre défensive.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe