Adèle Coupechoux 1er février 18:42

Des paquebots, des immeubles « gigantissimes » ou comment concevoir l’inacceptable.

Ce n’est pas Venise qui respire qui est menacée, mais bien la population qui a mis sa vie entre parenthèse et qui étouffe sous un masque mortuaire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe