velosolex velosolex 13 février 17:18

« Non, j’arrête là. Me dit-il sûr de lui. J’abandonne l’immobilier qui est devenu trop cher »

Ca me fait penser à« Bouvard et Pécuchet » de Flaubert. Le dernier roman, inachevé d’ailleurs de Flaubert, ou deux compères assez sympathiques, abandonnent leur boulot de gratte papier pour se lancer dans différentes affaires, passions et investissements, et où cette phrase est comme le fil rouge, marquant la fin d’une aventure, pour le début d’un nouveau investissement. 

On pourrait donc faire un remake. Les chiffres et les analyses de perspectives abondent dans le roman. Agriculture, industrie, généalogie, science, tout y passe. L’immobilier ?...Les arbres grimperont ils jusqu’au ciel ?.. Et le bitcoin ? Au jeu du mistigri, il y en a toujours eu pour se faire avoir. Ne parlons pas des pyramides de Ponzi ! A une époque il valait mieux utiliser son fric pour aller voir celle de Chéops. Question monument, un aigrefin a même réussi à vendre la tour Eiffel à un gogo. Notre espace de crédulité est immense, car l’espoir du bénéfice paralyse la critique. C’est dans ce domaine, entre les deux termes que les jobards prospectent avec leur baguette de rebouteux, afin de faire remonter le fric. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe