Jérémy Cigognier Ariovis 23 février 2021 12:15

L’héritage celto-nordique et balto-slave appartient essentiellement à la proto-Histoire, rapport à l’héritage gréco-romain qui non content d’appartenir à l’Histoire du fait d’avoir écrit bénéficie du préjugé positif en faveur de l’écrit, ainsi que du préjugé positif en faveur ... du positivisme. C’était un discours positiviste, que nous tenait l’autre.

Non seulement l’archéologie nous parle par énigmes, mais ces civilisations de l’écrit, et effectivement tout l’héritage celto-chrétien, avec lesquels il faut certes faire preuve d’esprit d’humanités, une chose que notre époque qui se targue d’être d’héritage gréco-romain perd néanmoins, justement au profit du positivisme réductionniste. Les humanités vivent d’un négativisme pas défaitiste et évidemment pas « négationniste » (je dis cela pour les fous en me prêtant à la folie).

Les humanités savent y faire dans l’Obscur, serait-ce l’Obscur d’un bon auteur contemporain (ce pour quoi les esprits positivistes et assimilables, benoîtent toujours en disant : franchement tu t’prends la tête l’auteur a sûrement pas voulu dire tout ça ... « voulu », peut-être pas ! et pourtant il en a dit ! avec un soin méthodologique à apporter entre interprétation, surinterprétation, et évidemment mésinterprétation).

Ainsi y a-t-il reconstructionnisme dans la résurgence druidique moderne tricentenaire, donc déjà traditionnelle depuis sa résurgence. Il faut lire le dernier lien, il y a une chronologie à la fin, sans oublier la sorcellerie, qui a perduré jusqu’au XXème siècle. Et puis, enfin, avant tout, l’article ici présent s’inscrit dans une démarche futuriste. Il ne s’agit pas seulement de geindre comme les positivistes : il s’agit de reconstruire. C’est-à-dire de surmonter le négativisme en propre. Or, comme toute émergence culturelle, il n’y a pas de légitimité dans l’absolu : il n’y a que des reconnaissances progressives entre personnes, parmi lesquelles certaines acquièrent de la légitimité. C’est ainsi, et ce qui frustre essentiellement les esprits positivistes et assimilables dominants, c’est que c’est un devenir out of control.

Eux, ce qui les rassurent, c’est de pouvoir historiciser, c’est-à-dire leur sketch historiologique confinant.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe