Legestr glaz Legestr glaz 2 mars 00:22

@Fergus
Je répondais à votre commentaire, que je reproduis ici : 

Fergus 1er mars 09:43

Bonjour, troletbuse

Bof, les délires d’Abril sont à mettre sur le même plan que ceux, naguère, de Cotillard

Il était question des « délires d’Abril », et je n’étais pas du tout d’accord avec vous. Ce que vous appelez « délires d’Abril » n’est que du bon sens. Les masques sont inutiles en population générale, les gestes barrières ne valent rien, la distanciation sociale pas mieux. Nous vivons avec les virus autour de nous, et il en sera ainsi jusqu’à la nuit des temps. Ce qui nous protégent des virus, c’est notre système immunitaire. Et on se demande même si les virus ne sont pas nos alliés objectifs dans ce sens qu’ils nous obligent à mettre en action notre vaillant système immunitaire, à l’activer, à le mettre en état d’alerte. Hélas, chez les personnes dont l’immunité est affaiblie, le processus est loin d’être solide et ce qui doit advenir advient. Et ce n’est pas la « vieillesse » qui est en cause mais les différentes pathologies métaboliques qui font « tomber » le système immunitaire. C’est absolument ce à quoi il faudrait s’intéresser de très très près !

De nombreux scientifiques, ont produit des recherches sur la manière dont le SARS-COV2 attaquait l’organisme humain.

En tout début de pandémie, ils pataugeaient. Mais très rapidement, dès avril 2020, ils ont compris. Le SARS-COV2 produit une « endothélite », c’est à dire un dysfonctionnement des vaisseaux avec à la clé des problèmes de thrombose et de coagulation, sans compter le phénomène inflammatoire qui amène ces fameux « orages de cytokines » !
Il faut juste savoir que l’endothélium est l’épithélium qui recouvre l’intérieur de tous les vaisseaux sanguins du corps : les artères comme les veines, les grosses comme les toutes petites. Cet endothélium est identique dans tout l’organisme. Ce n’est pas juste une « enveloppe ». C’est un « organe » à part entière. C’est, d’ailleurs, le plus grand organe du corps humain (mis bout à bout, le réseau de nos veines et artères dépasse les 100.000 km et la surface de l’endothélium est évalué entre 4000 et 7000 m2. C’est presque inconcevable tellement c’est gigantesque).

L’obésité, mais le surpoids également, conduisent à des bouleversements métaboliques importants et délétères, nous mènent vers le pré-diabète, le diabète, mais aussi vers l’hypertension artérielle, les maladies du coeur, les insuffisances rénales et autres rétinopathies. Et toutes ces « maladies », développées par des organes aussi différents que les reins, les coronaires, le coeur, les vaisseaux, les yeux, ont un « organe » en commun : l’endothélium. 

Et si les jeunes « obèses » ne sont que très peu touchés par le SARS-COV2 c’est parce que leur endothélium n’a pas encore eu le temps de subir les ravages du temps. L’endothélium se dégrade, chez les personnes en surpoids et chez les obèses au fil du temps. Ce qui explique que la carte du taux de décès SARS-COV2 dans le monde, se superpose exactement avec celle du taux d’obésité dans le monde. Ce qui explique que les régions françaises montrant la plus grande mortalité SARS-COV2 sont celles présentant des taux d’obésité les plus importants. 

Ce qui est frustrant, rageant, désespérant, c’est de comprendre que nos « gouvernants » sont parfaitement au courant de tout ceci. Lorsque l’on a compris, comme l’ont fait certains chercheurs-scientifiques, les agressions commises dans l’organisme par le SARS-COV2, il est assez facile de prendre les mesures efficaces de protection des personnes sensibles. J’ajoute qu’un autre facteur intervient dans l’équation : celui de l’humidité de l’air. Plus le climat est « humide » et moins longtemps le SARS-COV2 reste en suspension, et moins il est contaminant. Les climats continentaux français, air froid et sec, sont des lieux privilégiés de la propagation de la maladie du SARS-COV2. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe