Legestr glaz Legestr glaz 2 mars 09:11

@Legestr glaz

Et comme j’en suis dans l’argumentation, après ce débat que vous avez ouvert sur Victoria Abril, je poste un commentaire que j’avais rédigé à l’attention de nono le simplet. Je pense que, puisque vous habitez en Bretagne, comme moi, les conditions climatiques de cette (belle) région ne peuvent vous laisser indifférent. Il existe des éléments d’information, connus depuis belle lurette, qui ne sont jamais mis en avant dans cette crise covidienne. Comment ne pas s’étonner de l’omission de ces informations ?

" De la pure« propagande » nono le simplet, voilà ce que vous faites, vous êtes : un propagandiste. 

Les résultats ? 0,05% de la population mondiale qui meure du SARS-COV2 ; l’âge médian, en France des défunts = 85 ans !

Par ailleurs, le nombre de décès SARS-COV2 est très fortement corrélé au taux d’obésité par pays. Ce qui montre que ce qui est au centre de cette affaire c’est la baisse de l’immunité des populations, pour des raisons maintenant comprises, et non la «  létalité » d’un virus. Les « comorbidités », les raisons véritables de leur survenance, devraient être au centre de la réflexion. Mais de ça il n’est jamais question. Nono le simplet fait « comme si » cela n’existait pas ! 

Le SARS-COV2 est un virus qui est exploité à des fins « politiques » ! Toutes les mesures « politico-sanitaires » qui ont été prises, et sont toujours édictées, n’ont strictement aucun sens, n’ont aucun effet en population générale. Tout ceci est de l’ingénierie sociale. Il est facile, maintenant que l’on connait comment le SARS-COV2 fonctionne, et chez qui il est potentiellement mortel, de prendre les mesures appropriées pour lutter contre ce virus. Mais le « notre projet » n’est pas de lutter contre un virus, hélas ! Il est d’une autre nature, selon Klauss Schwab !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_d%27obésité

Voilà nono le simplet, il suffit de mettre en relation le taux d’obésité des pays et leur nombre de décès SARS-COV2, pour comprendre la supercherie. Il faut ajouter une donnée « modératrice » = le taux d’humidité de l’air du pays considéré qui permet de réduire la mortalité. Froid « sec » à l’Est et « humidité » en Bretagne !
« En Bretagne, l’humidité de l’air extérieur est assez élevée, en particulier en hiver où elle peut frôler les 100%. Cette météorologie est en grande partie liée au climat océanique dont jouit la quasi totalité de la région en raison de son format péninsulaire. »
Par ailleurs le Bretagne est une région où le taux d’obésité est faible comparé à d’autres régions, comme les « Hauts de France » !

Des données qui sont connues de tous ! Même du « figaro », c’est dire ! 
Pour que la grippe s’épanouisse au sein de la population, il faut que la température baisse soudainement autour de 0°C et que l’humidité soit faible. Une fois installée, peu importe la météo, l’épidémie progressera. Des chercheurs de l’université de Gothenburg, en Suède, ont mené l’enquête et sont arrivés à une conclusion relativement simple : pour que l’épidémie de grippe démarre, il faut qu’elle soit précédée « d’une semaine froide avec une température moyenne au-dessous de zéro », précise Nicklas Sundell, chercheur au centre hospitalo-universitaire de Sahlgrenska. Selon les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue journal of clinical virology, une faible humidité est très importante. Les virus sont transportés par des microparticules souvent composées d’eau. Un air sec, en favorisant la diminution du taux d’humidité, rend les microparticules plus légères et permet ainsi aux virus de se répandre beaucoup plus facilement dans l’air ambiant.
https://sante.lefigaro.fr/article/un-temps-froid-et-sec-une-aubaine-pour-la-grippe/

Etonnant non, nono le simplet ?

https://www.youtube.com/watch?v=NVsjihFERFA&feature=emb_logo


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe