Octave Lebel Octave Lebel 15 mars 18:46

Désolé, tellement prévisible.

Il n’est pas difficile de comprendre que l’enjeu pour les tenants du maintien du système qui a présidé aux politiques publiques installées et développées on va dire lors des 4 derniers mandats est de faire en sorte que les mécontentements soient récupérés par les extrêmes afin qu’ils s’éparpillent et soient conduits dans des impasses sans lendemain. La charnière droite/extrême-droite d’un côté et les différentes déclinaisons du gauchisme de l’autre.

Avec aussi, un jeu cynique d’un point de vue civique concernant les abstentions au 1er tour qui au final leur profitent. Blancs, nuls, abstentions, certains de nos concitoyens écœurés, pensant « voter » contre le système, aident indirectement l’un parmi des deux champions du second tour qu’ils réfutent en leur for intérieur.

 

A mon avis, la menée la plus problématique est celle de l’extrême-droite à cause de son double visage dont l’intérêt pour ceux qui en jouent est d’espérer " ratisser large" selon leur propre expression en abusant ces deux composantes qui ne s’apprécient pas.

Un visage honorable qui prend en compte les difficultés et les mécontentements apportés par les choix économiques inspirés du néolibéralisme en escamotant le fait qu’à l’origine ce mouvement vantait les promesses d’efficacité de Reagan et qu’il en conserve les références économiques de base en soutenant le milliardaire D Trump par exemple. En oubliant d’être cohérent (déjà) avec ses promesses dans ses actes notamment aux parlements national et européen (politique économique, enjeux écologiques). En continuant de maintenir au chaud la capacité inflammatoire et confusionnelle de tous débats sur l’immigration et l’islam méthodiquement entretenue dans des médias contrôlés par quelques milliardaires gagnants du néolibéralisme laissant voir le visage inquiétant qui sous le prétexte de protéger prépare les esprits à des renoncements démocratiques dont nos concitoyens ont bien compris maintenant qui au final ils protègeront.


Comme en 2017, l’objectif prioritaire de la réalisation duquel dépendent tous les combinaisons menant à un maintien et un accommodement tactique des politiques actuelles relookées en fonction des sondages et enquêtes d’opinion, c’est celui d’empêcher, d’endiguer, tous rassemblements à d’une gauche authentique, toute coalition.

Ici dans ce texte, sans surprise, une certaine habilité et sophistication mêlée d’injonctions morales avec de petits (pas si petits) arrangements avec la réalité que nos lecteurs rectifieront d’eux-mêmes qui par la disqualification d’une personne, la disqualification d’un mouvement vise à empêcher l’émergence d’un rassemblement, d’une coalition, d’une alternative dont l’objectif est le retour à une démocratie qui s’appuie sur des citoyens correctement informés afin de participer à l’élaboration et aux décisions concernant les politiques publiques et qui sera contrôlée par eux. De la commune au national.


Ce n’est plus le temps de la division, de l’aigreur, des règlements de compte, c’est celui de la responsabilité et du dépassement des erreurs communes lorsque certains d’entre nous se sont laissés aveuglés par Maastricht, abusés sans réagir par le traité de Lisbonne et tous ceux qui nous y ont aidés. C’est la relève à saisir maintenant pour un mouvement intergénérationnel animé d’énergie, de volonté et de persévérance. Vous n’y pouvez rien comme tous ceux qui espèrent exorciser cette horreur en disant le contraire, ou en tentant un dernier croche-pied. La pâte lève et c’est tant mieux pour le pays.

 


 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe