Jonas Jonas 18 mars 2021 22:09

@P.-A. Teslier « J’aurai vécu à l’époque, si merveilleuse décrite par vous, vous m’auriez conduit sur le bûcher et même peut-être empalé juste avant. »

La révolution française a fait exécuter par délation plus de d’innocents en un mois que l’Inquisition pendant tout le Moyen-âge et dans toute l’Europe.
L’Inquisition était était un procès avec témoins et interrogatoire, l’ancêtre du tribunal, pour éviter que les villageois ne se fassent justice eux-mêmes contre les hérétiques.

---------------------------------
« croisades contre les musulmans »

Nos héros défenseurs de l’Europe et du christianisme comme Pelayo, Ramiro I, Afonso Henriques, Jean III Sobieski, Jean Hunyadi, les Papes Léon IV et Jean X, Skanderbeg, Mathurin Romegas, Don Juan d’Autriche, Jean de La Valette, Nikola Zrinski, Miklós Zrínyi... ont, au péril de leur vie et au prix de sacrifices de millions d’individus, sauvés l’Europe du califat et de la charia islamique en expulsant les musulmans hors du continent. Vous devriez remercier les Croisés pour cela au lieu de les mépriser. Sans eux, aujourd’hui vous seriez probablement en djellabah en attendant le prochain ramadan.
https://www.amazon.fr/History-Jihad-Muhammad-ISIS/dp/1682616592
https://www.amazon.fr/Jihad-West-Muslim-Conquests-Centuries-ebook/dp/B002JCU4G2

----------------------------------
« massacre de 80 millions d’individus au Nouveau monde »

Sur l’esclavage, la séparation du pouvoir temporel et spirituel ne donnait pas à l’Église la possibilité législative d’interdire l’esclavage, simplement une condamnation morale.
Thomas D’Aquin, un des plus importants guides spirituels de la chrétienté, écrivait au XIIIème siècle que l’esclavage est un « pur péché », toutes les créatures humaines ayant droit à la justice et à la dignité. C’est sur cette base que l’Église qualifia l’esclavage de « péché contre la dignité humaine ».

En 1437, le Pape Eugène IV publia la bulle « Sicut Dudum », qui menaçait d’excommunication les esclavagistes.
Les Papes Pie II (1458 à 1464) et Sixte IV (1471 à 1484) édictèrent des bulles condamnant sans équivoque l’esclavage.

Par exemple, en 1462 Pie II, qui a succédé à Nicolas V déclare l’esclavage un « grand crime ». La lettre adressée à l’évêque de la Guinée portugaise (actuelle Guinée-Bissau) interdit à tout membre de l’Eglise, de s’adonner à cette servitude.

Le Pape Paul III (1534 à 1549) édicta une bulle condamnant l’esclavage en Amérique en ces termes :
« Satan, l’ennemi de la race humaine, a remué le monde de ses alliés qui, désirant satisfaire leur propre avarice, osent affirmer en long et en large que les Indiens de l’ouest et du sud puissent être réduits à notre service comme des animaux brutaux, sous le prétexte qu’ils ne connaissent pas la foi catholique. Et il les réduisent ainsi à l’esclavage, les traitant par des afflictions qu’ils emploieraient à peine avec les animaux. Nous considérons que les Indiens eux-mêmes sont des hommes vrais. Par notre décret apostolique d’autorité, déclarons et décrétons par ces lettres que ces mêmes Indiens et tous autres peuples, même s’ils sont en dehors de la foi, ne doivent pas être privés de leur liberté ou de leurs autres possessions et n’ont pas à être réduits en esclavage, [...] quoi que ce soit qui soit fait en contradiction de ce que nous disons est proclamé comme nul et non avenant. »
C’est l’Église, qui, informée par les missionnaires, condamna l’esclavage des Indiens par les conquistadors et les trafiquants d’esclaves noirs dans les Caraïbes.
Le 22 avril 1639, le Pape Urbain VIII publia la bulle « Commissum Nobis » menaçant d’excommunier les esclavagistes. Quand cette bulle fut diffusée par les jésuites, grands défenseurs des Indiens, à Rio de Janeiro, ceux-ci furent agressés et expulsés en raison de leur opposition à l’esclavage et de leur volonté de faire appliquer les décisions du Pape.
Bien que n’ayant pas réussi à éradiquer l’esclavage, l’Église parvint, par son autorité morale à défendre « les droits des esclaves et leur bien-être matériel » (Codigo Negro Espanol), imposant des obligations aux propriétaires d’esclaves. Les jésuites protégèrent et éduquèrent les Indiens Guarini jusqu’à ce qu’ils deviennent des êtres libres (XVII-XVIIIème siècle).

C’est ce travail de sape sur plusieurs siècles, qui déterminera l’occident à se remettre en cause, et qui deviendra la PREMIÈRE CIVILISATION AU MONDE à abolir l’esclavage.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe