Paul Leleu 27 avril 01:16

@Étirév
le patriotisme remonte effectivement, comme un ultime recours, dans les temps de crise... quoi de mal à ça ? C’est plutôt sain ! Ca fait parti des ressources humaines. 

Depuis Aetius et Charles Martel, en passant par Philippe Auguste, Du Gesclin et Jeanne d’Arc, le patriotisme ne date pas d’aujourd’hui.

C’est tout simplement le bon sens face à une menace extérieure réelle (ici une idéologie négative, une immigration de masse, des réseaux de guerre hybride). 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe