Silence, on pique ! Silence, on pique ! 1er mai 21:25

@Renaud Bouchard

UNe guerre civile ne peut exister dans un pays que lorsque l’armée se divise en deux : une partie défend le pouvoir en place, l’autre défend le peuple en révolte.

Exemple : les guerres de Vendée où les Républicains  les bleus - aux ordres des conventionnels parisiens, terrorisaient les vendéens, avec les colonnes infernales commandées par Turrot. Les vendéens s’organisèrent en armée pour se défendre et libérer la Vendée militaire, aidée du peuple vendéen. IL s’en suivit un génocide de vendéens  quatre département exterminés  par les Républicains aux ordres des conventionnels. La République a du sang sur les mains. Et rien n’effacera ce génocide de Français, perpétré par des monstres.

Comme on peut le constater il y a bien deux options dans l’armée républicaine et française, cela n’a guère varié. Défendre le pouvoir en place, et en face, certains militaires qui par une simple tribune, expriment leur désarroi face à la chienlit actuelle, au chaos.
Aujourd’hui l’exploitation faite du courrier des militaires par les partis politiques responsables de la situation actuelle de la France, montre une fois de plus, que les politiciens de la république française en complète décomposition sont des minables, dignes héritiers de leurs ancêtres conventionnels. 

Les signataires de cette lettre n’ont jamais appelé au putsh, il suffit de lire correctement, sans arrière-pensée leur libelle. Ces militaires voient leur pays dégringoler aux fonds des abîmes du mondialisme. C’est un coup de semonce, et pour certains à la retraite, une sorte de baroud d’honneur. IL ne faut pas négliger non plus, l’esprit de corps qui règne dans l’armée. 

Chose amusante d’une situation qui ne l’est pas du tout : apparemment le pouvoir en place redoute plus le bruit des charentaises que celui des bottes... En même temps ! 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe