HELIOS HELIOS 19 juin 17:09

@infraçon

(PS1)... bon, ne faites pas semblant de ne pas comprendre, on trouvera toujours un cas, un exemple, surtout dans des cas ou l’humain est directement concerné pour accueilir directement une personne a danger... et le premier endroit se trouve a la frontière française dans le poste de douane où les dossiers sont toujours transmis, non pas apres avoir traversé le pays et passé des semaines et même des mois en évitant tout ce qui est administration et police.
Vous parles de Colombie, Perou etc... un candidat à l’accueil est :
Soit un touriste (droit de 90 jours renouvelable une fois, pas de travail, et il ne rentre pas sans papier) 
Soit un « présumé réfugié » auquel il est délivré un document provisoire de transit en attendant l’etude de son cas. il n’y a pas de déplacement possible dans le pays et il est pris en charge.
..... Si la demande est acceptée, des documents « definitifs » un an, puis 3 ans et autres options ensuite.
..... Si la demande est refusée (ou que le demandeur s’est affranchi des règles qu’on lui demande de respecter) il sera renvoyé immediatement au poste frontière par lequel il est rentré.
Ces pays sont souverains et ont passé des accords entre eux pas plus inhumain que les autres.
je vous conseille de lire cet article du journal Le Monde ici ! Vous comprendrez immediatement pourquoi les « réfugiés » choisissent l’Europe en général et la France en particulier. L’Uruguay, dont il est question, est un pays où la démocratie et la politique sociale n’a rien a se reprocher..
Donc, j’insiste, la règle générale c’est de s’adresser a une structure consulaire la plus proche possible des personnes concernées. Ceux qui ne le font pas ne sont pas de vrais réfugiés et de plus vous l savez bien au fond de vous même ou alors, nous n’avons pas le même dictionnaire.

(PS2) encore un raccourci de votre part, je parle toujours de généralité. La France a déjà de nombreuses entreprises qui agissent partout dans le monde et l’etat français aide beaucoup les pays les plus pauvres... et d’autres
Je vous parle également de l’aide au développement culturel, pas seulement a celui du fric important, certes - mais pas restreint a celui-ci.
Même les pays pauvres, ou pas, ont des exigences qui correspondent a divers critères et il faut les comprendre... aimeriez vous que des assocs etrangères viennent faire de l’action politique dans votre propre pays ? L’aide doit etre parfaitement neutre, mais respecter les condition de loyauté exigée de la part de ceux qui sont aidés.
Je trouve par exemple inacceptable que la France, il y a quelques années, ait donné de l’argent pour que l’Algerie s’equipe en fourgon de police et que l’Algerie utilise cette aide pour acheter des fourgons Mercedes. Même les plus pauvres savent ce que veulent dire « loyauté et reconnaissance »

La France n’a pas à rougir, même s’il existe des cas douteux, mais notre pays est plutot respectable sur ces sujets

Merci de m’avoir lu (et répondu)


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe