infraçon infraçon 19 juin 19:00

@HELIOS
et ouam
vous m’excuserez d’insister, mais vous persistez à me faire dire ce que je n’ai pas dit.
D’abord dans l’article, Marcel Monin préconise :
"Il suffit de ne traiter les demandes qu’hors du territoire français. La demande devant alors être présentée dans un consulat ou une ambassade « 
Donc HORS DU TERRITOIRE, j’espère que vous avez compris cette fois.
Et je ne faisais que soulever le point d’un candidat réfugié en GRAND DANGER dans son pays auquel le droit international pourrait (dans sa grande mansuétude) lui donner le droit (le temps de l’instruction de son dossier par les services consulaires français) de résider dans un pays directement voisin de son pays d’origine. C’est plus clair comme ça ?
Quand au PS2, je n’ai pas parlé de :
 »assocs etrangères viennent faire de l’action politique« 
mais de :
 »tenir à sa disposition des équipes de volontaires (compétents et coopératifs) pour renforcer leurs équipes (de ces pays miséreux)"
à disposition, ça veut dire : vous en voulez, ils viennent, vous n’en voulez pas, ils ne viennent pas. Point. Et COOPÉRATIFS, ça veut dire on travaille ensemble. C’est plus clair aussi ?
Mais ne cherchez pas, ça n’existe pas dans notre monde merveilleux.
Quant au développement culturel, un pays qui crève de faim et qui n’a aucuns moyens techniques et financiers... je ne sais pas si ça l’intéresse beaucoup.
Tout ce que vous dites d’autres et hors sujet par rapport à mes propositions, même si je suis d’accord avec certains dire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe