Luniterre 15 juillet 22:43

Dans une « économie à somme nulle », on en serait encore à l’âge de pierre, …ou même pas !

Entre le premier silex grossièrement taillé et la production robotisée de voitures électriques, il y a pour le moins une certaine « évolution » en termes de valeurs d’usages et de valeurs d’échanges produites.

Ce qui est surprenant, c’est que personne ne relève cette approximation simpliste de « jeu à somme nulle » faite par « analogie » avec le principe de conservation de la masse lors d’une réaction chimique.

Néanmoins, ce qui est le propre d’une « transformation », qu’elle soit chimique ou économique, c’est la différence de fonctions, et donc d’usages possibles, au cours du processus.

La valeur économique n’est pas uniquement liée à la masse de la production, mais à sa fonction en tant que valeur d’usage, répondant à des besoins, qu’ils soient réellement utilitaires ou totalement subjectifs, voire futiles.

Une paire de baskets « bas de gamme » ou une paire de baskets « de marque » comportent sensiblement les mêmes éléments de fabrication et la même masse de matière, et font le même usage aux pieds du marcheur, mais les baskets « de marque » répondent à un besoin social totalement subjectif, une valeur d’usage social, et ont, de ce fait, une valeur d’échange plus élevée. …Et le prix en conséquence… !

Luniterre


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe