Docteur Faustroll Lampion 20 juillet 11:11

Contrairement au sens qu’a pris l’adjectif « machiavélique », ses écrits ne décrivent aucun complot plus ou moins tordu et n’exposent aucune machination. En fait, sa réputation sulfureuse tient au fait que « Le Prince » était le livre de chevet de Catherine de Médicis, la reine d’origine florentine responsable de la Saint-Barthélemy, ce qui lui a attiré la haine des protestants qui ont attribué les calculs de la souveraine à une influence négative de cette lecture, jusqu’à comparer Machiavlel à Satan et à brûler son effigie en public, sans même lire le livre.

Par contre, Spinoza, Rousseau, Hegel, Edgar Quinet, Gramsci et Marx, mais hélas également Mussolini ont mis au jour promotion de la république, de la liberté, de l’état, de la patrie, et même du « peuple » (notion qui reste à définir).

En fait, ce n’était pas un idéologue, mais un pragmatique qui serait aujourd’hui qualifié de « technocrate », un technicien du pouvoir au service des puissants.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe