magicvince 21 juillet 16:52

Me revoilou smiley (effectivement, à cette vitesse-là je vais avoir du mal à vous suivre)

Est-il pertinent de comparer notre présent au régime de Vichy ? Non, évidemment. Démasquons rapidement vos petites manipulations.

« Le procédé mental d’autrefois consistant à valider que les uns n’ont pas les mêmes droits que les autres, en raison des caractéristiques propres à leur personne, est le même processus mental actuellement en cours. »
Vous dites « en raison des caractéristiques propres à leur personne » - et à propos des lois portant statut des Juifs, vous ne dites pas « des Juifs », mais pudiquement « de certains Français » (et j’ai du mal à croire que ça n’est pas intentionnel). C’est pourtant bien ça qui caractérise les lois de Vichy : elles concernent les Juifs, et la loi de 1941 précise un peu plus celui qu’on considère comme Juif : ce n’est même plus sa religion (« appartenant ou non à une confession quelconque », ça inclut même les athées) mais celle de son ascendance (« qui est issu d’au moins trois grands-parents de race juive »). Et c’est là que c’est extrêmement pervers : comme les lois raciales, ça exclut tout choix personnel - même en abjurant sa religion, on n’y coupe pas.

Etre vacciné ou pas n’a pas grand chose à voir avec ça : ce n’est pas « une caractéristique propre à la personne », c’est un choix : je choisis de me faire vacciner ou pas. Les Juifs en 1940 n’avaient aucun choix - même devenus athées, leur ascendance les condamnait. Et des différences de droits relatives à des choix, il y en a plein, parfois tout-à-fait anecdotiques : pour pouvoir emprunter des livres dans les bibliothèques parisiennes, il me faut être parisien (c’est un choix) ; pour pouvoir profiter de la caisse rapide au supermarché, il me faut moins de 10 articles (c’est aussi un choix). Et donc avec le pass sanitaire, pour pouvoir prendre un verre au bistrot ou visiter un musée il me faudra être vacciné - ça reste un choix, si je trouve la contrainte insupportable je peux me faire vacciner. Un Juif n’avait aucune possibilité de changer son statut - c’est une différence fondamentale.

Quand vous dites « Je ressens dans ma chair, avec une incroyable acuité, les humiliations quotidiennes des Français rejetés par le régime de Vichy » c’est vraiment choquant : que vous ressentiez quelque-chose « dans votre chair » pourquoi pas (« dans la chair », cela dit, c’est une douleur physique, je vois mal quelle douleur physique vous pouvez ressentir - une petite douleur dans le bras après un vaccin, peut-être ? Je vous comprends, j’ai vécu ça :p) - prétendre que c’est la même chose que ce que ressentaient les Juifs sous le régime de Vichy, c’est effroyablement prétentieux : vous n’avez aucune idée de ce que cela pouvait être.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe