Pascal L 23 août 10:28

@mmbbb
Si vous voulez, le pape a une vision de la charité qui n’est pas la vôtre. Dans le christianisme, la charité, c’est le sacrement de l’amour de Dieu. Nous devons aimer tous les hommes, y compris ceux qui se prétendent nos ennemis. A partir de là, il est de notre devoir d’aider à trouver des solutions. Cela ne veut pas dire que nous devons disparaître devant les demandes des migrants. Il ne convient certainement pas non plus pas de les rejeter à la mer.
De mes contacts avec Jésus, j’ai retenu que la première des charité est de permettre à ceux que nous rencontrons de recevoir le salut offert par Dieu, car cela engage l’éternité alors que donner à manger ne dure que quelques heures : « mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jean 4, 14).
Le problème de ce pape, c’est qu’il n’a aucun esprit pratique. Comment concilier l’ensemble des contraintes ? Nous savons que les réfugiés sont arrivés à cause de la corruption et de la prédation systématique qui existe dans leur pays d’origine et il me semble qu’il vaut mieux s’attaquer à la source des problèmes qu’aux conséquences. Le médecin qui ne traiterait que les symptômes n’a que peu de chance de guérir le malade. C’est malheureusement aussi ce qu’on fait les occidentaux, pas forcément chrétiens, dans ces pays. On a apporté des médicaments pour prolonger l’espérance de vie, mais personne n’a envisagé qu’il fallait l’accompagner d’un réel développement économique et d’un développement social. Chacun a regardé devant lui sans se poser de questions sur les conséquences à côté. On a apporté beaucoup d’argent pour se donner bonne conscience sans se soucier qu’il arrivait au bon endroit.
Mais comment arriver à créer une conscience morale dans un pays qui n’en n’a pas. Les christianisme peut aider, comme il a aidé en occident, mais cela a été interdit par tous les pouvoirs temporels qui préférait des personnes soumises et incapables plutôt que des personnes intelligentes capables de prendre leur destin en main. 
Nous suivons d’ailleurs le même chemin en France où ceux qui nous gouvernent font tout pour détruire l’école. J’ai fait beaucoup d’entretiens d’embauche et la situation est devenue plus qu’inquiétante dans notre propre pays. L’immigration n’est pas en cause. Nous payons aujourd’hui l’orgueil de tous nos dirigeants depuis des dizaines d’années.
Des solutions existent, mais je ne vois personne en prendre le chemin...
Un ami me disait : « Quand un problème n’a pas de solution, c’est que le problème lui-même est la solution... » On préfère garder le problème pour des raisons qui n’ont rien de raisonnables...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe