Bernard Grua Bernard Grua 12 septembre 13:15

Je ne me suis pas prononcé sur ce texte, j’ai seulement fait part de mon observation quant au fait que je trouvais les commentaires de « l’auteur » comme n’étant pas en rapport avec le texte présenté. Ils ne sont pas, non lus, à mon avis à la hauteur du sujet.

Je vais donc maintenant m’exprimer sur les propos de Khalid. Je ne remets pas en cause l’existence de cette personne, ni la réalité de ses observations, ni la véracité de leur retranscription par le Roumain Dan Tomozei-Dimian, basé en Chine, ni la qualité de la traduction de Gérard Luçon, même si cela fait beaucoup de couches intermédiaires. En revanche, je souhaite attirer l’attention des lecteurs sur le fait qu’il s’agit de Kaboul la ville où les Taliban concentrent leurs efforts de communication, où les Dirigeants tiennent mieux leurs troupes qu’ailleurs, où se situent les journalistes occidentaux et où il existe différentes situations que chacun peut présenter comme la réalité. Car il existe, comme partout, plusieurs réalités. Ceux qui ont pu assister à des insurrection, voire à des révolutions, comprendront bien de ce dont je veux parler. 

Par ailleurs, et encore une fois pour ce que cela vaut, je n’ai pas pu constater, sur Twitter, d’Afghan se réjouissant de la victoire des Talibans, alors que les comptes pakistanais sont triomphants. Ne prenons pas cette observation comme une preuve, mais comme un indice, qui doit nous interpeller.

J’ai été contacté spontanément par un Afghan d’une région oubliée de tous et, surtout, des médias. J’en ai préparé un article pour Agoravox. Je ne sais pas s’il sera approuvé pour publication. Je vais donc vous en faire part ici. J’ai nommé mon interlocuteur « Ahmed ». C’est un nom d’emprunt visant à le protéger. 
1/...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe