Legestr glaz Legestr glaz 26 août 2021 09:57

@samuel

Le tétanos ne serait donc pas inoculé par une « bactérie » ( clostridium tétani) ?

Oui Samuel, arrêtez les « généralités ». Les virus respiratoires aérosols contaminent l’être humain par les voies « respiratoires » ! 

Par ailleurs, c’est assez « extraordinaire » de lire ce que vous écrivez : 

« Il faut relire l’étude... A minima ses conclusions. La conclusions c’est qu’ils ne peuvent pas conclure devant la faible qualité des données... »

Effectivement. Et depuis le temps que l’on « vaccine » contre les virus grippaux, il n’y a donc pas de données ? C’est ce genre de « supercherie » qui me met en joie. Chaque année la « vaccination antigrippale » revient dans les médias par de grandes campagnes « d’information » (de propagande donc !). Et, il manquerait d’études pour « savoir » si la vaccination antigrippale est efficace dans la population cible ? C’est « vraiment » se moquer du monde ! Une revue d’études scientifiques, depuis 1966 à nous jours (2018). On va « supposer » que les industriels du « vaccin » n’ont pas eu le temps de produire des études pour prouver que leur produit fonctionne ! De qui se moque t-on à votre avis ? 

Autre commentaire sur votre intervention (copié-collé) : « Vous parlez des antibiotiques comme s’il s’agissait de prendre du paracétamol en oubliant tous les problèmes d’antibiorésistance. Vaut-il mieux se vacciner ou blinder la population d’antibiotique au risque de ne plus pouvoir en utilisant au bout de 20 ans face à la montée de l’antibiorésistance ».

C’est pas sympa de modifier ce que j’ai écrit. Je le répète par conséquent. Ce sont les surinfections bactériennes qui font mourir les gens et non les virus. Et donc, l’antibiorésistance chez une personne à l’immunité affaiblie, une personne âgée qui vit les dernières années de son existence, serait donc « dangereuse » ? Quelle importance, selon vous, qu’une personne âgée, présentant des comorbidités, deviennent résistante à certains antibiotiques ? Vous prenez de sérieux raccourcis ! Parce qu’une personne en bonne santé aura un système immunitaire efficace qui luttera contre les virus et les surinfections bactériennes. Et l’épidémie de SARS-COV2 est une excellente démonstration de l’utilisation des antibiotiques qui auraient pu être réservés aux personnes qui en avaient le plus besoin : les personnes âgées et celles présentant des comorbidités, parfaitement bien identifiées !
https://visegradpost.com/fr/2021/03/22/flavia-grosan-pneumologue-roumaine-cest-le-protocole-covid-applique-dans-les-hopitaux-qui-tue-les-malades/ 

Je vous signale, au cas où cela vous aurait échappé, que « nozotorités » ont insisté sur le fait de ne pas prescrire d’antibiotiques contre le SARS-COV2 mais de prendre du « doliprane ». Et vous venez tranquillement me parler « d’antibiorésistance » ? Et le collègue de votre père, s’il avait eu les symptômes du SARS-COV2 (ou d’une pneumonie), il aurait dû « éviter » les antibiotiques simplement pour ne pas devenir « résistant » à ceux ci ? Il serait donc préférable, selon vous, de ne pas prendre d’antibiotiques, pour se soigner, parce que l’on risquerait de devenir résistant à ceux-ci ? C’est plutôt contreproductif comme attitude non ? 

Qui parle de donner des antibiotiques comme du paracétamol (aux effets secondaires dévastateur d’ailleurs) ? Les antibiotiques doivent être réservés aux personnes à risque ! Pour « sauver » des vies n’est-ce pas ! 

Un scientifique comme vous, qui me parlez d’un cas personnel, pour en faire une généralité, me pose vraiment problème. 

Et l’ivermectine et les canaux à ions chlorure ? Quelque chose à ajouter ? Vous restez bien silencieux sur ce sujet. 

Merci toutefois de souligner que l’hygiène et les progrès de la médecine sont pour beaucoup dans l’allongement de l’espérance de vie ! 

Ne pas expliquer les tenants et les aboutissants des infections bactériennes permet de manipuler les populations. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe