jefresi 2 octobre 2021 22:10

Rakoto fait de la science artistique.

Après avoir lu l’article des chercheurs toulousain, il y a un traitement bizarre du contenu rapporté par Rakoto-la-science.

Au deuxième paragraphe il est possible lire (même en anglais...)

" Du 10 juin 2020 au 10 juillet 2020, soit 1 à 2 mois après la fin du confinement en France, toutes les personnes travaillant à l’hôpital universitaire de Toulouse (n = 16 571) ont été invitées à participer au dépistage des anticorps sériques totaux au moyen du kit ELISA (enzyme linked immunosorbent assay) fourni par Wantai (Beijing Wantai Biological Pharmacy Enterprise Co., Ltd, Chine)...."

D’où sort-il ses dates ? Il est vrai que la Dépêche du Midi de Toulouse a étendu derechef la date à juillet 2021. Une erreur de frappe est si vite arrivée surtout dans ce chiffon. Peut-être aussi sur RTnews qui a recopié les mêmes âneries.

D’autre part, l’étude ne parle que de pourcentage et jamais de quantité d’anticorps en BAU/ml d’où ces valeurs sortent-elles ? Rakoto-la science pourrait nous instruire, non ?

Enfin, Il nous sert savamment une histoire, au conditionnel, du chemin parcouru par la spyke dans un corps infesté, lisible sur le site de l’ANSM avec les mêmes erreurs. Car une cellule infestée, c’est pour les niais. Le corps humain en est réduit à… ça.

Rakoto-la-science pourrait aussi nous dire ce fait la spike une fois les organes de défense de l’organisme infesté par cette toxine, non ?

Sans doute, ira-t-il consulter la commission anti-fake de Macron pour nous en raconter de bien bonnes, n’est-ce pas ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe