LeMerou 23 novembre 2021 08:13

Autant que l’article relate un peu la chronologie des faits et des vérités percutantes, c’est très bien, mais le bon peuple a déja en partie oublié, se préoccupant aujourd’hui de bien d’autres choses.

Que des chiffres, courbes, graphiques, analyses en tout genre soient associés, me dérange un peu, car ils peuvent être facilement publiés pour obtenir l’effet souhaité ou fournir une sorte de preuve étayant les propos. Et surtout quid de l’authenticité ou de la véracité de ces derniers glanés deci-delà. (ou mis à disposition)

Analyser la mortalité d’un pays est une chose complexe, comptabiliser les décès, qui sont (ou devrait) être classé par genre comporte un aléa non négligeable, par celui qui le classifie lors du constat.

Ayant été confronté il y a huit jours à un décès familial, j’ai pu m’enquérir auprès du Médecin qui porte la cause sur le certificat et les causes probables sont fort peu nombreuses et très généralistes, ce qui me fait douter des analyses « fines » des décès, en l’absence d’analyses poussées. 

Un système rompu pendant des décennies à ce type de classement, ne peut demain mettre en exergue une cause particulière comme le C19, car sans les analyses, la question est ont mort du C19 ou à cause du C19 ? Reste entière.

En l’absence du savoir exact (mort du ou à cause), le décès « covidien » relativement fiable ne peut être que celui provenant des hôpitaux, ou une personne dont l’infection à été vérifié décède.

Il est évident que toutes les personnes décédées dans ces lieux, n’ont pas fait l’objet d’analyses poussées. Surtout au regard du type de personne, généralement assez âgées ou ayant de fort problèmes de santé (dont on nous parle seulement depuis quelques temps).

Plus ont est vieux, plus ont se rapproche à grands pas de la fin, c’est comme ça depuis que l’humanité existe, un rien peut vous faire basculer de vie à trépas. Plus ont est malade ou atteint d’affections qui réduisent votre durée de vie, un rien aussi vous fait basculer de l’autre coté de la barrière un peu plus tôt que prévu.

Avoir un nombre de décès dans une tranche d’âge n’est qu’un indicateur, l’absence de détails sur les causes réelles fait qu’il est impossible d’exploiter ces chiffres, autrement que par des probabilités ou des convictions.

Ce qu’il faut comprendre c’est que les analyses des décès sont issues de probabilités liées à un classement standard, et pas sur des faits réellement scientifiques (Autopsie déterminant les causes exactes), d’ailleurs en à t-on besoin ?

Jusqu’à hier, avait-on besoin d’une fine analyse détaillée des causes des décès ? A quoi cela servirait t-il d’ailleurs.

Bien évidemment ont peut être tenté d’analyser plus finement en rajoutant ci ou ça comme vecteur afin d’obtenir un « résultat » plus « précis », mais ces rajouts sans analyse réelle du lien cause/effet (à cause du manque d’informations réelles et fiables) finalement n’apporte rien sinon qu’une probabilité, une idée, insidieusement mêlée d’une recherche du pourquoi et du comment, liées à tout ce cirque que nous vivons depuis bientôt deux ans.

Il faut dire aussi, qu’en matière de prédiction nous sommes gâtés, par tout le monde, la plus récente étant celle de l’OMS qui prédit 500 00 décès en Europe à cause du Codid d’ici fin février....

Nous ne sommes pas en reste non plus avec les prédictions de notre Delfraissy qui ressembles plus à celle d’une bohémienne qui lit dans votre main, et un porte parole du Gouvernement en mal de reconnaissance qui emploi des mots dont je pense qu’il en ignore la réelle signification et la portée qu’ils peuvent avoir.

Le C19 est-il une cause de surmortalité ? (Mamie est décédée à 95 ans, alors qu’elle allait ou qu’elle aurait du vivre jusqu’à xx ans) Vaste question à laquelle personne ne sait répondre avec certitude (scientifique cela va de soit)

Je pense que le C19 à vraisemblablement une influence de date, sur la fin de vie des personnes citées avant. Nous ne pourrons le constater que plus tard, dans quelques années seulement. C’est sûr qu’en attendant ont peut faire quelques comparatifs avec les données disponibles, mais ces derniers doivent être présentés comme des possibilités et non des faits avérés.

Faut-il rajouter les décès du aux « effets secondaires » du traitement ? (Il est entendu pour moi, que ce que l’ont nous propose ne peut être appelé vaccin, c’est plutôt un traitement).

Ben non, toujours en l’absence d’analyse scientifique permettant d’affirmer que le décès est uniquement lié à ces derniers. Je ne conteste pas qu’il y en ait, tout soin comportant un risque qui est variable suivant la personne.

Le C19, peut importe qu’il soit naturel ou fabriqué, est-il épidémique, oui sans aucun doute. Est-il dangereux au point d’être classé comme les épisodes tant cités par nos dirigeants politique et médicaux, bah je n’en suis pas si sur.

.

Je ne fais pas d’analyse, sur le C19, mais de simples règles de trois comparatives avec les grands fléaux tant cités en exemple, cela sans aprioris, ni recherches particulières, elles confortent mon opinion sur la dangerosité très exagérée de la bête infâme pour des raisons que j’ignore. Certes j’en subodore quelques unes, mais sans preuves......

Une chose est sure dans cette affaire, c’est l’état de « folie » qu’elle entraîne, un surenchérissement de l’anxiogénité malsain pouvant provoquer à un moment des effets sur la population complètement inattendus par les générateurs de cette dernière.

Et pour conclure, je suis entièrement d’accord avec l’Auteur sur la perte incroyable de bon sens d’une majorité.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe