Pierre Sarramagnan-Souchier Pierre Sarramagnan-Souchier 19 février 21:57

Suite 3 du COMPLEMENT D’INFORMATIONS…


8 - En conclusion :

À ceux qui partent en guerre… Je leur dis seulement qu’ils se trompent de chemin… Je dis que d’autres préfèrent un chemin bien différent qui consiste à participer au développement des peuples en leur amenant de l’eau, les aidant à faire leurs champs, à être en auto-subsistance, etc. plutôt que de jouer au gendarme du monde et d’intervenir sur tous les continents pour imposer une pseudo démocratie qui en plus n’en a que le nom mais pas la carrure…


La différence avec tous ces politiques, journalistes et médias qui trompent les peuples, c’est que l’on n’a pas vocation à sauver le monde en tuant des gens pour sauver un système de société (occidental prédateur)…


En gérant les richesses par le partage et en changeant nos modes de vie, 11 milliards d’individus pourraient vivre ensemble sur cette planète.

En 2012, le monde a dépensé 1735 milliards de $ de dépenses pour la guerre alors que 170 milliards auraient suffi pour éradiquer la pauvreté, selon les experts de l’ONU [et la France -pays des Droits de l’Homme !- n’est pas en reste dans la construction et l’exportation de l’armement, etc.]

« Il faut bien faire tourner les usines pour résoudre le chômage disent les dirigeants et ministres irresponsables » qui conduisent les peuples vers l’abîme des nations comme le dénonçait sœur Emmanuelle, la chiffonnière du Caire.

Monsieur Jean Ziegler ancien rapporteur spécial pour le Droit à l’alimentation (des populations) du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (de 2008 à 2008) déclare : « Étant donné l’état actuel de l’agriculture dans le monde, on pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficulté. Pour le dire autrement, tout enfant qui meurt actuellement de faim est, en réalité, assassiné. »


En matière de démocratie et pacifisme, pour des pays comme le Mali et le Niger corrompus jusqu’à la moelle (Voir la pétition de [email protected] !) depuis leurs indépendances et à la démocratie diluée dans les coups d’états à répétitions, je trouve que toute la clique de va-t-en-guerre habituelle ne sont pas trop dérangés par leur morale républicaine d’une République elle-même très corrompue, qui, par leur conquête en Libye, ont facilité la situation actuelle dans cette région du monde. Il est aisé ensuite de crier au sauvetage de la démocratie qui n’existe d’ailleurs pas et de voler au secours d’AREVA et autres projets de développement pas spécialement démocratiques… En plus du fait de vouloir sécuriser un énorme projet allemand d’énergie solaire dans le désert pour fournir l’UE, on a découvert de gigantesques gisements de gaz, d’eau et du pétrole dans le sous-sols du Mali et du Niger… (lire dans les commentaires de mon article : Qui est contre l’intervention au Mali ?). De quoi en effet motiver les démocraties de l’Occident en bernant un bon nombre de citoyens de base… qui paieront la facture militaire dans leurs impôts…


Pourtant, avec un minimum d’intelligence (qui semble gravement manquer à la classe politique française, toutes tendances confondues…) on aurait pu contribuer à moins de chaos en ce monde : Nous pouvons éclairer et nourrir l’Afrique !.


En 2005, j’écrivais ceci :

“Que dans tous les villages du monde, on entende les rires des enfants.”

Les pays du sud auraient tout intérêt à favoriser le monde rural et principalement les paysans, afin que leurs populations soient en auto-suffisances alimentaires et que le « Plaisir de vivre » revienne dans les villages.

Il y a plus de 30 ans, un rapport de l’ONU faisait remarquer que le continent africain pouvait être le grenier à céréales du monde. Au lieu de cela nous avons assisté à une suite de conflits guerriers autodestructeurs qui ont apporté famines, misères et immigrations massives vers d’autres continents. Cela est déplorable et il convient de retrouver un minimum de bon sens pour éviter la continuation de toutes ces catastrophes.

Ce ne sont pas des militaires et des corrompus dont a besoin l’Afrique et les autres continents du sud, mais de citoyennes et citoyens issus du peuple et respectueux de la vie, qui soient éclairés par la joie de vivre des peuples.

Je me souviens qu’au début des années 1970, quand j’entrais dans les villages d’Afrique pour mes reportages, on entendait le rire des enfants heureux de vivre. “Que dans tous les villages du monde, on entende les rires des enfants.”

Voilà un objectif qui vaut la peine que l’on s’en occupe… (Source).


Hélas… nous sommes gouvernés par des lâches qui ont trahi l’idéal d’humanité des peuples…


Votre serviteur !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe