Eric F Eric F 16 juin 09:35

@Soucougnan
Au delà des sondages, il y a toute l’imprégnation médiatique qui influe l’opinion profonde sur le fait que l’Europe, le libre échange mondialisé, le multiculturalisme, la libéralisation des moeurs, etc. constituent ’’le bien’’.
Macron coche toutes ces cases : pas besoin de faire campagne, les média la font indirectement pour lui.

A propos des sondages de cote électorale, je pense donc qu’il indiquent vraiment l’état instantané de l’opinion (le coup de pouce éventuel ne peut dépasser la marge d’incertitude, car différents instituts concurrents sont en lice), ce qui est manipulatoire c’est l’éclairage qui en est donné.
Forcément les ’’tendances’’ révélées par les sondages influencent les électeurs en terme de ’’dynamique’’ (untel monte, untel descend) et conduit à des choix de ’’vote utile’’. Au long de la campagne, il y a des périodes très différentes, par exemple lors de la désignation de Valérie Pécresse par la primaire LR, elle était donnée comme possiblement victorieuse au second tour contre Macron, puis l’érosion a été continue. Mais sinon, objectivement si Mélenchon s’était trouvé au second tour contre Macron, ce dernier aurait été élu avec la même avance.
Le macronisme a phagocyté l’euro-sociolibéralisme qui constitue la doctrine officielle en occident (LR et la gauche modérée sont marginalisés). Sa force politique est sa position stratégique entre deux oppositions ’’protestataires’’ mais antagoniques l’une par rapport à l’autre.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe