velosolex velosolex 23 juin 00:05

@doctorix, complotiste
J’ai juste un portable à l’ancienne mode. Il me sert de balise de détresse quand je vais faire du vélo, au cas où j’aurais un ennui. Ce n’est pas vraimet une position militante. Le smartphone m’emerde. Je n’ai pas besoin de ce truc pour prendre des photos, mais de mon reflex, et je ne vais pas sur les réseaux. n’ai aucun envie d’avoir ce fil à la patte, qui me semble ressembler au collier du chien dans la fable de La Fontaine ; Le loup et le chien.....
Le smarphone permet aux individus de se juger les uns sur les autres, d’après ce qu’ils font, mangent, aiment. C’est l’instrument du malheur qui a mis sur les routes des milliers de réfugies africains, révant aux mirages de l’occident dont ils voient les échos sur leur écran, dans une réalité trompeuse et artificielle. 
Cet engin a changé le rapport au monde de millions de gens, et permet à toutes les polices et au marchand de composer un portrait robot exact de leur vécu, de leurs désirs. Une boite noire que l’on paye, comme des esclaves acceptant d’acheter leurs chaines. 
Les antennes 5 G la dedans me semblent les portes de l’enfer. Nous rentrons dans des fréquences que personnne n’est capable de certifier innofensives. J’ai choisi mon cadre de vie dans les monts d’arrée, en m’écartant des antennes et des pesticides. Et de la vie moderne et du traffic en général, comme un retour aux années 70. Pour la mort, rien ne sert de faire de la bravade. Elle est aussi rapide qu’un appel, dans sa meilleure version. Dans l’autre, c’est un message sans sens, qui n’en finit pas. Et une douleur qui disparait uniquement quand la batterie est épuisée. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe