S.B. S.B. 24 juin 14:56

Cher Sandro,

Non, je ne le prends pas mal, d’abord parce que vous vous trompez parfois sur le sens de ce que j’écris, ensuite parce que je vous connais un peu et que je sais que vous êtes tellement « à cheval » ou à cran sur certaines choses que vous supportez mal d’autres points de vue et démarrez à 150 à l’heure pour foncer droit dans le mur. Mais vous avez vos raisons.

Ce que j’ai voulu dire sur Marie Trintignant, c’est que j’aimais beaucoup cette femme. Que sa beauté, sa grâce, son mystère me touchaient. En apprenant sa mort, comme celle de Luis Sepulveda par ailleurs, j’ai ressenti comme une espèce de coup de poing dans le ventre. Ca arrive parfois avec des gens que vous ne connaissez pas mais qui vous parlent énormément « quelque part ». Ca m’est arrivé aussi lorsque l’écrivain sur lequel j’étais en train de faire une Maîtrise de Lettres est mort. 

Je ne « béatifie » donc pas Marie Trintignant « du seul fait qu’elle est morte ». Pardon pour la grossièreté, mais comment pouvez-vous écrire des conneries pareilles ? Vous me dotez d’un cerveau mais vous me parlez comme à une imbécile.

Concernant celui qui n’est pas nommé, vous savez des milliers de choses que je ne sais pas, c’est entendu. 
Mais, quelles que soient des circonstances que je ne connais pas, je pense et penserai toujours que celui qui a fait six orphelins de mère et qui ose aller se faire applaudir sur scène après est une merde humaine intégrale (re-pardon pour la grossièreté). Opinion partagée par certains ex de Noir désir.

Je peux comprendre et excuser beaucoup de choses. Mais pas lui.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe