Clark Kent Séraphin Lampion 20 juillet 2022 09:44

Les enfants aiguillés vers les filières décrites dans cet article sont victimes des illusions véhiculées par la presse, la littérature, les ouvrages des doctrinaires et théoriciens du sport et de l’éducation physique, victimes des injonctions quasi-patriotiques des gestionnaires politiques (maires, ministres, députés, etc.), et des formules toutes faites du sens commun comme les discours de remises de récompenses.

L’idéologie sportive donne l’illusion d’une évidence, d’un trésor commun à l’humanité, et ses effets sont encore plus importants que ceux des autres idéologies, car le sport fusionne les classes alors que les autres idéologies divisent rt fragmentent.

Cet ensemble de mythes et d’illusions produit un univers enchanté où tout est possible, même l’impossible, ce que Marcel Mauss appelle « une croyance obligatoire de la société ». Du coup, il est très difficile de démystifier une carapace faite de locutions stéréotypées, de clichés, de lieux communs d’expressions rituelles et de croyances inébranlables souvent exprimées par la formule « nos valeurs » sans plus de précisions.

La force de l’idéologie sportive est d’apparaître comme neutre, et c’est la critique de cette idéologie, comme ce commentaire lui-même, qui semble idéologique.

Ce n’est pas par hasard si les « sponsors » investissent autant dans ce domaine. « Panem et circenses » est une recette éprouvée de longue date pour exercer un pouvoir sur le « peuple » sans distinction.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe